Marché de l’électricité : de plus en plus de pratiques commerciales abusives

"En l’espace de deux mois, on a déjà cinq ou six dossiers qui concernent ce type de manœuvres frauduleuses" Guy Grandgirard (UFC Que Choisir) / © France 3 Lorraine
"En l’espace de deux mois, on a déjà cinq ou six dossiers qui concernent ce type de manœuvres frauduleuses" Guy Grandgirard (UFC Que Choisir) / © France 3 Lorraine

Changer de fournisseur d’électricité sans jamais avoir effectué la moindre démarche ! Une pratique commerciale devenue réalité. Arnaques, fraudes et abus se multiplient depuis la rentrée.

Par Jean-Christophe Panek


Lorsqu’en juin dernier, Monique appelle son fournisseur d'énergie pour lui communiquer sa consommation, elle apprend qu’elle ne fait plus partie de ses abonnées. Elle est désormais «passée» chez un concurrent : Iberdrola. Problème, elle n’a jamais été démarchée et n’a jamais signé le moindre contrat. Lorsqu’elle parvient à joindre ce nouvel opérateur, elle n’est pas au bout de ses surprises ! «J’ai constaté avec stupeur que ce contrat avait été établi au nom de mon mari, décédé en mars 2018 ! Avec une date de naissance qui n’était pas la sienne, avec une adresse mail qu’il n’a jamais eu sans oublier une fausse signature !».

Monique a changé de fournisseur à son insu ! C’est un partenaire de la société Iberdrola, mandaté pour faire du démarchage client, qui a établi le contrat. Contactée, la direction précise «que ces agissements sont le fait d’un individu isolé…Ils sont contraires à notre éthique… Cet individu a été licencié et nous allons déposer plainte à son encontre».

Suite à ses démarches, Monique a obtenu la résiliation du faux contrat, mais pas son annulation. Une situation qui est loin d’être un cas isolé. «On a un accroissement sensible de ce type de dossier» reconnait Guy Grandgirard de l’association de consommateurs UFC Que Choisir à Nancy. «En l’espace de deux mois, on a déjà cinq ou six dossiers qui concernent ce type de manœuvres frauduleuses. Certaines personnes se retrouvent clients de société qu’ils n’ont pas sollicité ! Il arrive qu’un commercial lorsqu’il n’arrive pas convaincre signe carrément à la place du client. Pire, un commercial signe parfois des contrat alors qu’il n’a rencontré personne, uniquement en regardant des noms sur les sonnettes d’habitation !».
 

Tous les moyens sont bons pour se faire une petite niche sur le marché !

Guy Grandgirard UFC Que Choisir Nancy



Malgré la libéralisation du marché de l'énergie en 2007, les Français sont restés fidèles aux opérateurs historiques. «Peu de consommateurs ont profité de la mise en place de cette concurrence et on est aujourd’hui sur un marché toujours dominé par les deux opérateurs» analyse Guy Grandgirard. «Engie et Enedis contrôlent plus de 90% du marché ! Mais petit à petit, on voit émerger une demande des consommateurs qui cherchent à faire des économies ! Clairement, on a aujourd’hui une quinzaine de sociétés qui proposent de l’énergie et pour certaines d’entre elles, ce n’est pas facile de se faire une place. EDF et Engie restent des mastodontes ! Et parfois, tous les moyens sont bons pour se faire une petite niche sur le marché !».

Dans son dernier rapport annuel, le médiateur national de l'énergie n’a pas manqué d’épingler les pratiques des fournisseurs d'électricité. Offres mensongères, démarchage abusif… La concurrence est sauvage et s’exerce bien souvent aux dépens de leurs clients. En 2018, plus d’1 Français sur 2 a déclaré avoir été démarché pour une offre d’électricité ou de gaz. Les personnes âgées constituent un public particulièrement vulnérable. Le nombre de litiges a explosé ces dernières années.
 

Que faire en cas d’arnaque ? Les conseils de Guy Grandgirard, président d'ADC 54

«En cas d’arnaque, je recommande de prévenir sa banque pour refuser tout prélèvement. Secundo, il faut faire parvenir à l’opérateur une lettre recommandée avec accusé de réception pour lui signifier être en opposition totale avec ce genre de pratique et bien stipuler que rien n’a été signé ! Du coup, il faut demander l’annulation du contrat sans oublier l’annulation des factures. Enfin, il faut déposer plainte, soit en envoyant un courrier au procureur de la République ou en se rendant à la gendarmerie ou au commissariat dont on dépend. La dernière chose à faire, c’est de contacter son fournisseur d’énergie et de lui dire que vous êtes victime d’un faux contrat !».
 

Sur le même sujet

Les + Lus