• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Nancy: la philo c'est parti pour les 18.024 candidats au bac 2019 en Lorraine, malgré le mouvement des enseignants

A 7h50, l'heure de pénétrer dans le centre des épreuves du baccalauréat. Ici, au lycée Poincaré à Nancy (Meurthe-et-Moselle). / © Alix Champlon, France 3 lorraine.
A 7h50, l'heure de pénétrer dans le centre des épreuves du baccalauréat. Ici, au lycée Poincaré à Nancy (Meurthe-et-Moselle). / © Alix Champlon, France 3 lorraine.

A 8h ce lundi 17 juin, les 12.772 candidats au baccalauréat général et les 5.252 Lorrains qui passent le bac technologique se sont assis devant leur copie pour la traditionnelle première épreuve écrite commune, celle de Philosophie. Sentiments avant l'épreuve qui devrait se dérouler normalement.

Par Jean-Christophe Dupuis-Rémond avec Alix Champlon et Christophe Gomond

7h50, les portes du lycée Poincaré de Nancy s'ouvrent en grand sur les candidats à l'épreuve de philosophie du baccalauréat 2019.
Ce lundi 17 juin marque le 1er jour des épreuves communes écrites de ce premier diplôme universitaire. Et comme traditionnellement, il s'agit pour 18.024 candidats de composer sur l'un des trois sujets de philosophie.

Mais cette année, l'atmosphère paraît pour certains un petit peu plus tendue qu'à l'habitude car au stress de la composition, s'ajoute celui de l'éventuel impact de la grève de la surveillance annoncée par les syndicats d'enseignants.
Certaines épreuves en Lorraine pourraient-elles être impactées? 
"Non" a répondu vendredi Florence Robine, la rectrice de l'académie Nancy-Metz.
Bac 2019: à Nancy, c'est parti
A noter que 25.220 candidats se présentent aux épreuves du baccalauréat en Lorraine mais que les 7.196 qui vont tenter d'obtenir un bac professionnel (bac pro) ne composent pas pour l'épreuve de philosophie. C'est parmi ces derniers qu'il faut chercher le candidat lorrain le plus jeune: 17 ans. Le plus âgé a 61 ans et passe les épreuves du baccalauréat général.
Les résultats seront annoncés le 5 juillet. Ils seront consultables sur ce site: http://ocean.ac-nancy-metz.fr.

"Un peu irréel ce matin"

Rencontré devant le portail, juste avant l'épreuve, les élèves se sont confiés en coup de vent à notre journaliste:

Un peu de stress, oui, au vu de l'importance de l'examen.
- Réaction de lycéen, à 10 minutes de l'épreuve de philosophie

"C'est un peu irréel ce matin, j'ai l'impression d'aller à un devoir surveillé", explique ce lycéen. "Mais c'est quand nous serons dans l'épreuve, en train de composer, que l'on se rendra vraiment compte que c'est le baccalauréat."

Mais pour cet élève, pas d'inquiétude concernant le mouvement de grève des enseignants: " non, on nous a dit que des profs de réserve avaient été mis en place."
Les sujets des différentes séries ont été dévoilés au public à l'issue de la première de composition. En filière S par exemple, un texte de Freud accompagnait les questions suivantes: "La pluralité des cultures fait-elle obstacle au genre humain?" et "Reconnaître ses droits, est-ce renoncer à sa liberté?"

C'a a été cool, j'ai pris le commentaire car le sujet était basique.
- Réaction d'une lycéenne, Terminale S

Enseignants grévistes mobilisés

Tout au long de la journée de ce lundi, pour l'épreuve de philosophie ce matin et celle de français cet après-midi, de nombreux enseignants ont annoncé qu'il fera la grève de la surveillance des épreuves pour protester contre les Lois Blanquer. Le collectif lorrain regroupant des professeurs et des parents d'élèves de l'académie de Nancy-Metz, soutient cette initiative et participe donc à ce mouvement.

Mais du côté des parents d'élèves, la décision de faire grève de la surveillance des épreuves n'est pas toujours soutenue. Dans les Vosges par exemple, la PEEP en appelle à la responsabilité des enseignants.

Le droit de grève existe mais nous n’avons pas le droit de priver des milliers de jeunes d’une épreuve qui engage leur réussite scolaire.
- Jacques Arnould, président de la fédération PEEP des Vosges

A Sarreguemines, ils étaient nombreux à manifester avec pancartes et drapeaux devant  l’institution Sainte-Chrétienne, comme a pu le constater notre journaliste.
Rassemblement d'enseignants grévistes contre les lois Blanquer à Sarreguemines (Moselle), lundi 17 juin 2019. / © Christophe Gomond. France 3 lorraine
Rassemblement d'enseignants grévistes contre les lois Blanquer à Sarreguemines (Moselle), lundi 17 juin 2019. / © Christophe Gomond. France 3 lorraine
D'autres rassemblement vont se dérouler tout au long de la journée.
A Nancy, il s'est déroulé place Dombasle.
Rassemblement d'enseignants contre le projet de réforme du baccalauréat du ministre Jean-Michel Blanquer, Place Dombasle à Nancy, lundi 17 juin 2019. / © Alix Champlon. France 3 Lorraine
Rassemblement d'enseignants contre le projet de réforme du baccalauréat du ministre Jean-Michel Blanquer, Place Dombasle à Nancy, lundi 17 juin 2019. / © Alix Champlon. France 3 Lorraine
Selon la rectrice Florence Robine, les épreuves de ce matin se sont déroulées sans problème.

"Nous avons pu commencer partout, dans tous les centres d'examens, les épreuves à l'heure en Lorraine. Nous avons pu sereinement organiser ce lancement du baccalauréat. J’en suis satisfaite et je salue l'esprit de responsabilité des enseignants."
- Florence Robine, recteur de l'académie Nancy-Metz

Selon les chiffres communiqués en fin de journée par le rectorat, 10% des enseignants de lycées étaient en grève aujourd'hui et 6% des enseignants de l'académie Nancy-Metz.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Tournesol géant

Les + Lus