• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Nancy : le commanditaire présumé du meurtre de la Croix-de-Bourgogne est libéré sous contrôle judiciaire

En 2016, le secteur de la place de la Croix de Bourgogne avait été bloqué. / © France 3 Lorraine
En 2016, le secteur de la place de la Croix de Bourgogne avait été bloqué. / © France 3 Lorraine

L'affaire avait ému, en avril 2016. Un homme avait été tué par balle sur la place de la Croix de Bourgogne, à Nancy. Un groupe était soupçonné d'avoir organisé cet assassinat. Mercredi 5 septembre, le leader présumé a été relâché et placé sous contrôle judiciaire. 

Par Sarah Humbert

Les faits remontent à avril 2016. Khaled Arbouze, 34 ans, reçoit plusieurs balles en pleine rue, sur la place de la Croix de Bourgogne à Nancy.

Il décédera de ses blessures.
 

Mercredi 5 septembre 2018, le commanditaire présumé de cet assassinat, Fouad Ziad, a été relâché et placé sous contrôle judiciaire avec l'obligation de quitter la Meurthe-et-Moselle.

Il devra également porter un bracelet électronique. 


La colère de la famille de la victime

La compagne de Khaled Arbouze a régit à la libération du commanditaire présumé du meurtre auprès de nos confrères de L'Est Républicain. 

« Quel est le message envoyé par la justice en libérant quelqu’un qui est lié à une affaire de meurtre en bande organisée ?

Lui va pouvoir revoir sa femme, sa fille et sa famille. Nous, nous ne reverrons jamais Khaled.
 

Nous ne pouvons éprouver que de l’incompréhension. Nous avons fait confiance à la justice. Nous avons laissé les choses se faire. Mais visiblement, dans cette société, si on ne grogne pas et si on ne montre pas les crocs, on n’obtient rien ».

 

Le rappel des faits

  • En avril 2016, Khaled Arbouze est abattu, en pleine rue.
  • Les investigations des enquêteurs les mènent jusqu'à un groupe de douze délinquants de Laxou, qui auraient organisé l'assassinat.
  • Onze d'entre eux ont été mis en examen, le douzième serait en cavale, au Maroc. 
  • Le 5 septembre 2018, le commanditaire présumé a été relâché et placé sous contrôle judiciaire. 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

La réaction de Maître Weltzer

Les + Lus