Nancy : des distributeurs de protections hygiéniques installés pour lutter contre la précarité menstruelle

Le premier distributeur de protections hygiéniques bio, installé dans les locaux du Centre Communal d'Action Sociale de Nancy, sera inauguré jeudi 3 juin par la municipalité. L'objectif, lutter contre la précarité menstruelle.

La précarité menstruelle touche 1,7 millions de femmes en France.
La précarité menstruelle touche 1,7 millions de femmes en France. © Hugues Le Guellec/ MaxPPP

Ce jeudi 3 juin 2021, à 18 heures, un distributeur de protections hygiéniques bio sera officiellement inauguré par la municipalité dans les locaux du Centre Communal d'Action Sociale de Nancy (CCAS). Une première, pour lutter contre la précarité menstruelle.

Deux millions de femmes concernées en France

Près de deux millions de femmes seraient concernées par la précarité menstruelle en France, c'est-à-dire le manque d'accès régulier aux protections hygiéniques, faute de moyens. Parmi les plus touchées, des personnes en situation de précarité, sans domicile fixe ou encore des étudiantes. 

Vivre dignement lorsqu'on est une femme précaire est un droit.

Lauranne Witt, conseillère déléguée à l'égalité Femmes/Hommes

"Les associations ont permis une réelle prise de conscience sur le sujet de la précarité menstruelle. Vivre dignement lorsqu'on est une femme précaire est un droit”, explique Lauranne Witt, Conseillère déléguée à l'égalité Femmes/Hommes.

Un projet citoyen soutenu par la municipalité

Dans le cadre d’une initiative de budget participatif, créé par la Ville de Nancy, plusieurs projets avaient été déposés par les Nancéiens, puis soumis au vote des citoyens au cours du printemps. Parmi les 25 propositions retenues, le projet porté par les associations Dignité à nos trousses et Osez le féminisme 54, est le premier à se concrétiser. 

"Je suis heureuse que le premier projet concrétisé dans le cadre du budget participatif relève de l'action sociale (...) Nous allons inaugurer le premier distributeur au CCAS pour pouvoir proposer en parallèle un accompagnement à ces femmes", se réjouit Muriel Colombo, adjointe déléguée à la cohésion sociale, aux nouvelles solidarités, aux aînés et à l'autonomie. 

Prochaine étape, installer de nouveaux distributeurs de protections hygiéniques dans d’autres lieux, tels que les bibliothèques, gymnases ou encore les toilettes publiques. Assez bien placés pour être visibles mais aussi suffisamment discrets, afin de permettre aux femmes de les utiliser sans crainte.

La Ville de Nancy prévoit l'installation de deux autres distributeurs courant 2021.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société femmes