Nancy : l'horloge astronomique de Stanislas part en restauration

L'objet, vieux de plus de deux cents ans, a été démonté mardi 20 novembre par des spécialistes bretons qui vont se charger pour partie de sa restauration. Une année devrait être nécessaire pour effectuer la remise en état des boiseries et des pièces d'horlogerie.

L'horloge astronomique de Stanislas au Musée Lorrain à Nancy (Meurthe-et-Moselle) lors de son démontage par l'équipe de l'atelier Chronos de Dinan (Côtes d'Armor), mardi 20 novembre 2018.
L'horloge astronomique de Stanislas au Musée Lorrain à Nancy (Meurthe-et-Moselle) lors de son démontage par l'équipe de l'atelier Chronos de Dinan (Côtes d'Armor), mardi 20 novembre 2018. © Jean-Christophe Dupuis-Rémond. France 3 Lorraine
Quatre restaurateurs, deux horlogers venus de Bretagne et deux spécialistes de la restauration de boiseries issus d'Ile-de-France, ont démonté mardi 20 novembre 2018 au Musée Lorrain de Nancy (Meurthe-et-Moselle), l'armoire et l'horloge astronomique du duc de Lorraine et Roi de Pologne Stanislas Leszczynski.

L'oeuvre d'un passionné

Réalisée au milieu du dix-huitième siècle, cette pièce originale, datée de 1751, est l'oeuvre d'un passionné féru de sciences, un vigneron autodidacte pour tout ce qui touchait à l'horlogerie et qui a mis vingt ans à construire son chef d'oeuvre.
Une réalisation que le Roi Stanislas seraitvenu voir pendant sa construction, au moins une fois selon les historiens. Sans qu'il n'en ait passé commande pour autant.
L'horloge n'a donc probablement rien rapporté à son créateur sinon une célébrité qui a traversé les siècles.

"Et il n'est pas question de la réparer,

mais bien de comprendre son fonctionnement extrêmement complexe. notre objectif c'est avant tout de la restaurer", précise Richard Dagorne, le directeur du Musée Lorrain.

Un objet remarquable

Selon Pierre-Hippolyte Pénet, conservateur du patrimoine au Musée Lorrain-Palais des ducs de Lorraine, cette horloge, réalisée à une époque où astronomie et astrologie ne sont pas encore totalement différenciée, est incroyablement complexe.

"On y dénombre pas moins d'une cinquantaine de fonction de calcul du temps

sur ses onze cadrans où l'on trouve aussi bien la course des planètes que celle des constellation, les saisons,l'heure bien sûr ou encore des temps religieux."

C'est donc un objet extrêmement étonnant qui a été démonté pièce par pièce au deuxième étage du Musée Lorrain, actuellement en cours de déménagement de ces collections depuis le mois d'avril.

Restaurateurs bretons

Pour Marc Voisot et Emmanuel Aguila de l'atelier Chronos situé à Dinan dans les Côtes d'Armor, cette horloge n'est pas l'une des plus remarquables en termes d'horlogerie

"Mais elle est tout à fait particulière car elle a été construite de toute pièce par ce passionné qu'était Bernard Joyeux de Pagny-sur-Moselle. A une époque où ce type d'objet monumental à base de mouvements d'horlogerie étant réalisé de façon très fine avec des rouages de haute précision dans les capitales européennes,

ce vigneron lorrain, pour son propre plaisir à construit tous ces rouages de ses propres mains. c'est tout à fait remarquable."

 

Un mécénat médical

La restauration de l'ensemble, bois et horlogerie, devrait durer un peu moins d'un an. l'opération est évaluée à 35.000 euros auxquels s'ajoutent les 10.000 euros de l'étude préalable qui a permis notamment d'édicter les conditions du déménagement et du démontage de l'objet.
Ce coût est pris en charge pour partie par le Pôle médical Louis Pasteur Santé Lorraine

Pour Christophe Baillet, son président, "c'est une façon de montrer notre implication territoriale, à l'image de cette convention triennale de mécénat culturel avec le Musée Lorrain. dans laquelle nous sommes engagés depuis 2009."

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
musée culture artisanat économie patrimoine