Nuit des étoiles : les "Perséides", pluies d’étoiles filantes, c’est le moment, voici comment les observer

Août, le mois rêvé pour plonger dans les pluies d’étoiles filantes. Cette année encore, les Perséides sont au rendez-vous. Vous pouvez les voir grâce à un outil en ligne de la NASA. Partout en France, pour la nuit des étoiles, le 5 août 2023 des astronomes amateur et des sociétés d'astronomie se mobilisent pour vous faire profiter du spectacle céleste.

Août est bien connu des astronomes amateur pour ses pluies d’étoiles filantes. 2023, les Perséides s’invitent, une nouvelle fois, dans notre ciel nocturne jusqu'au 24 août. Le moment le plus spectaculaire, selon les spécialistes de l’International Meteor Organisation, est prévu la nuit du 13 au 14 août.

"Les Perséides sont les pluies de météorites les plus populaires, car elles culminent lors des chaudes nuits d'août, vues de l'hémisphère nord.

Cette simulation de la NASA montre ces flux de météorites en orbite autour du Soleil. Vous pouvez interagir avec la simulation en agissant sur les paramètres de date et de point de vue. 

Le 5 août, la nuit des étoiles

Le 5 août 2023, partout en France se déroulera la nuit des étoiles. En Lorraine, le programme est riche. La Société Lorraine d’Astronomie (SLA) donne rendez-vous ou amateurs à la cité des paysages sur la colline de Sion-Vaudémont. Des maquettes permettront de tout comprendre des mouvements de la Lune et des planètes de notre système solaire. Il s’agira ensuite de les observer une fois la nuit venue.

Cette année, un "space bus" sera présent. Dans une caravane, transformée en navette spatiale, petits et grands pourront jouer à être un astronaute, le temps d’un mini escape game.

Vous pourrez rencontrer des astrophotographes et visiter leur exposition de photographies exceptionnelles. Ils seront plusieurs sur le site. Parmi eux, Jordan Marlière.

La tête dans les étoiles

Jordan Marlière vit dans les Vosges. Passionné de photographie et de science, en particulier l’astrophysique, il a réuni les deux et s’est lancé dans l’astrophotographie. Comme beaucoup d’astrophotographes, Jordan Malière s’installe souvent au fond de son jardin. Mais il est aussi un "nomade". "On est nomade, car on est prêt pour capter les plus belles images de l’espace, à se déplacer parfois en dehors de notre région, parfois même plus loin encore. L’idée est d’abord d’échapper à la pollution lumineuse et de trouver le site qui sera le mieux placer en fonction de ce que l’on veut observer ou photographier."

Jordan Malière est régulièrement primé pour ses images. D’ailleurs la dernière en date. Celle de SH2-99 et SH2-100 a remporté plusieurs prix. D’abord en tant qu’Amateur Astronomy Picture Of the Day (Aapod) en Italie et aux USA. Elle a aussi été partagée par un magazine scientifique américain. Elle sera publiée en septembre prochain dans le magazine de l’Astronomie. Pour ce cliché, il a fallu "20 jours de capture photo, avec un total de 37 heures d'exposition."

 

Se dire qu’il y a une planète en dehors du système solaire qui vient de passer devant son étoile et qu’on a réussi à capter ce moment, c’est fantastique.

Jordan Marlière, astrophotographe

Il arrive que l'agence spatiale américaine, la NASA et  l'agence spatiale européenne, l’ESA fassent appel à des amateurs pour les aider. Par exemple, à un moment donné, ils peuvent avoir besoin de tous les télescopes disponibles pour observer un phénomène et ainsi collecter un maximum de données avec des images prises de plusieurs points de la Terre. Jordan Marlière participe souvent à ce type d’opération.

Actuellement, c'est avec des astrophysiciens qu’il collabore. "Je suis en train de monter un équipement pour faire récolter des données liées au transit des exoplanètes et les transmettre aux scientifiques. C’est un projet compliqué. C’est passionnant pour un amateur. Il s’agit de traiter des images que l’on capte avec un logiciel. On voit le transit d’exoplanètes qui ressemble à une courbe sinusoïdale. Se dire qu’il y a une planète en dehors du système solaire qui vient de passer devant son étoile et qu’on a réussi à capter ce moment, c’est fantastique."