Prime Covid : le ministère de la Santé rassure les personnels des cliniques privées

Réunion des personnels de la polyclinique de Gentilly à Nancy (Meurthe-et-Moselle). / © Valérie Pierson pour France télévisions
Réunion des personnels de la polyclinique de Gentilly à Nancy (Meurthe-et-Moselle). / © Valérie Pierson pour France télévisions

Le décret qui valide le versement d'une prime aux soignants du coronavirus est paru ce vendredi 15 mai. Inquiets d’être exclus de ce dispositif, les personnels de la polyclinique de Gentilly à Nancy ont été reçus par leur direction.
 

Par Thierry Gelhaye

Véronique est infirmière à la polyclinique de Gentilly à Nancy.
Et elles et ses collègues de cet établissement privé ont été rassurés ce vendredi 15 mai 2020 sur la réalité du versement de la prime exceptionnel aux soignants.

Valérie et ses collègues ont été en première ligne durant cette crise sanitaire du coronavirus. Leur établissement privé, qui bénéficie d’un service d’accueil des urgences et de réanimation, s’est totalement réorganisé et mobilisé pour prendre en charge des patients Covid dès le début de la vague. "On s’est énormément adapté", témoigne Valérie. "Notre premier patient est arrivé de Mulhouse. On ne connaissait pas l’évolution de cette pandémie, nous étions forcément exposés, avec l’angoisse de ramener le virus au sein de notre domicile."

On ne s’est pas posé de question mais tout le monde est venu la boule au ventre. 
- Valérie Lemaire, infirmière

Ce vendredi 15 mai 2020 au matin, Valérie s’est réunie avec les représentants du personnel de son établissement. Devant le texte paru ce matin au journal officiel, le doute s’est installé. Car le texte semblait ne mentionner que les soignants de l'hôpital public: "Publics concernés : agents publics et apprentis relevant des établissements publics de santé".

Une lettre pour alerter

Dans une lettre publiée sur leur page Facebook, des personnels de la polyclinique nancéienne font part de leur désarroi.
"Depuis début mars nous nous sommes préparés à l’arrivée du coronavirus.[…] avec notre direction, sous les directives de l’Agence Régionale de Santé, nous nous sommes mis en rang de bataille. Nous avons vidé nos services de soins, organisé notre réanimation, et nous avons planté une tente de La Croix rouge pour faire face au même titre que les autres établissements du grand Est, à l’accueil des patients covid […]
Notre président, chef des armées, annonce une prime pour tous les soignants !
Donc nous soignants, devenus soldats, on se réjouit de recevoir cette prime pour notre bataille, au même titre que tous les autres soignants qui ont participé à cette crise du covid."

On croit bien sûr que nous sommes tous sur le même pied d’égalité. Cela paraît être une évidence. Eh bien non! Nous, nous n’y aurons pas droit!
- Lettre ouverte des soignants de Gentilly, clinique privée

"Sanctionnés par des décisions prises en haut lieu sur la répartition des établissements de santé sur le territoire national."

Le ministère de la Santé rassure

Reçus en fin de matinée par leur direction, les personnels de la polyclinique sont ressortis rassurés: la prime leur sera bien versée. Une information qui nous a été confirmée par le ministère de la Santé que nous avons joint par téléphone ce vendredi.

Il n’y aucune ambiguïté, des discussions sont en cours pour fixer  les modalités de versements avec les établissements privés.
- Service communication du ministère de la Santé-

Valérie et ses collègues restent toutefois prudents. Aucune date ne leur a été communiquée pour le versement de cette prime exceptionnelle.
De son côté, le ministère de la Santé affirme que, comme les agents de l'hôpital public, tous recevront la prime sur leur compte au plus tard en juin 2020.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus