Velle-sur-Moselle : les étonnantes histoires d'un petit village lorrain

L’histoire d’une commune se lit dans son architecture. Si le temps l'a épargné, le passé est écrit à ciel ouvert, mais aussi dans la mémoire et les livres. C'est le cas de Velle-sur-Moselle, au sud de Nancy, dans Bigoudi, un ouvrage paru en juin 2020.

La taverne du Pêcheur à Velle-sur-Moselle dans les années 60.
La taverne du Pêcheur à Velle-sur-Moselle dans les années 60. © Henri Réveillé
"Bigoudi", c’est le titre du livre paru en juin 2020 et consacré à l’histoire du village de Velle-sur-Moselle, dans la Communauté de communes du Bayonnais. "Bigoudi", c’est aussi le surnom d'un copain tout frisé de l'auteur Alain Réveillé.
L'ouvrage "Bigoudi", paru en juin 2020.
L'ouvrage "Bigoudi", paru en juin 2020. © Lulu Press, Inc.

Nous vous proposons trois de ces histoires, bien plus que des anecdotes.

Le Saint-Tropez de Meurthe-et-Moselle

Entre 1958 et 1970, "Velle-Plage" attirait beaucoup de monde. Sur la rive gauche de la Moselle, il y avait plusieurs centaines de campeurs. Des wc étaient installés sur le ruisseau qui longe la route avant le pont. En été, les marchands de glaces, de boissons et de saucisses frites étaient là chaque jour et la baignade était noire de monde. Le soir, le pont était transformé en salle de spectacle, où tous venaient danser. Le conseil municipal de l'époque estima que cette situation nuisait à la tranquillité des Vellois et invita une sablière à s'installer. Le barrage a alors disparu. Le lit de la rivière a été redessiné et les coins de pêche ont été anéantis.
Des campeurs à Velle-sur-Moselle dans les années 70.
Des campeurs à Velle-sur-Moselle dans les années 70. © Pierre Mangeot

La maison forte démontée

En septembre 1944, les Allemands incendient le quartier du château et une grosse partie du village. Après la guerre, un parisien achète la maison forte en ruine en espérant trouver un trésor : "le trésor du château". Il démonte le bâtiment pierre par pierre en le faisant disparaître sans trouver le magot imaginé. L’origine de la construction du château, aujourd’hui disparu, remontait au début du 13e siècle, par la volonté de Thiébaut, duc de Bar.
La négociation s'était faite avec le duc de Lorraine, Ferry, qui voulait une rivière sur son territoire. Thiébaut lui proposa en échange Ville-sur-Madon contre Velle-sur-Moselle.

Photographie du château disparu.
Photographie du château disparu. © Inconnu

La ligne de chemin de fer jamais arrivée

L’affaire de la ligne de chemin de fer a duré une cinquantaine d’années. Le point de départ, c’est la création de la ligne Paris-Strasbourg où les maires des villages, qui avaient participé au financement, ont été invités à Paris. Le maire de Velle-sur-Moselle, qui faisait partie de la délégation, a demandé que cette ligne passe par sa commune. C’était en 1844. La demande était en passe d’aboutir, mais la Grande Guerre y mettra un terme. En revanche, les militaires ont saisi les études pour leur propre compte et d’après les anciens, le train serait passé au moins une fois. Mais jamais plus.
Photo montage du train sur la ligne de chemin de fer passant à Velle-sur-Moselle.
Photo montage du train sur la ligne de chemin de fer passant à Velle-sur-Moselle. © Inconnu
 Ces trois anecdotes et de nombreuses autres, sont à retrouver dans l'ouvrage d'Alain Réveillé.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
histoire livres culture société