VIDEO. David Riccetti ou le combat au quotidien d'un athlète, "mon handicap est une sorte de bénédiction"

durée de la vidéo : 00h01mn46s
David Ricetti, étudiant lorrain s’entraîne pour devenir athlète handisport mais qui n’a pas de fauteuil adapté. ©Cécile Boisson/Arnold Gerster/Aurélien Lefevre

Etudiant en master de lettres, David Riccetti est handicapé moteur, atteint d'une infirmité motrice cérébrale. Mais le jeune homme de 23 ans souhaite aller au bout de son rêve : devenir athlète handisport. Il s'entraîne dur, en attendant de pouvoir disposer d'un fauteuil adapté à son activité.

Il s'astreint à une discipline quotidienne. Sur son fauteuil classique, il multiplie les sorties à la seule force de ses bras : "j’ai commencé le handi atlhétisme en 2017 avec mon fauteuil personnel, c’est ce qui m’a aidé à tenir bon quand j’étais au lycée. J’ai commencé par un kilomètre, puis deux, puis trois, puis six... et onze aujourd'hui !".

Je vois mon handicap comme une sorte de bénédiction car il m’a obligé à avoir un esprit combatif depuis ma naissance, à voir la vie sous un angle différent, à avoir des expériences atypiques, et à m’adapter peu importent les circonstances.

David Riccetti, étudiant en lettres, et sportif handicapé

Passionné par l'athlétisme handisport depuis quelques années. David Riccetti est atteint d'une infirmité motrice cérébrale. Il aimerait pouvoir s'investir à fond dans le sport, mais son équipement n'est pas adapté : "un fauteuil pour pratiquer le handi athlétisme c'est 6000 euros minimum, c'est une lourde charge".

Le jeune homme ne peut pas le financer seul. Il a récemment lancé une cagnotte en ligne pour poursuivre son rêve. Parallèlement, David a commencé à écrire un livre il y a quelques mois sur son expérience, "sur mon parcours atypique et ma vie en général... mes objectifs seraient de changer le regard que l'on porte sur le handicap parce que nous sommes des personnes normales et nous devrions être considérées comme telles".