Tomblaine (54) : l'histoire d'une beau musée devenu un effroyable gâchis

C'était il y a quasiment 22 ans... Ce musée de l'aéronautique implanté sur la commune de Tomblaine, près du terrain d'aviation d'Essey, aurait fêté son anniversaire le 25 juin. Au lieu de cela, c'est désormais la démolition du bâtiment qui est envisagée à court terme. 

L'intérieur du musée en 1993
L'intérieur du musée en 1993 © France 3 Lorraine
Le projet remontait aux années 80 : monter sur l'agglomération de Nancy un splendide musée de l'aéronautique, avec de belles pièces de collections.
Dans le début des années 90, les avions commencent à devenir nombreux à l'extrêmité d'un terrain militaire tout proche, ayant accepté de stocker la collection. C'est à ce moment que les élus locaux du moment se laissent séduire par l'idée : construire un musée, avec une architecture adaptée à la thématique.
Un bâtiment en forme d'ailes voit le jour... Sa construction aura coûté plus de 3 millions d'euros (payés en bonne partie par le conseil général de Meurthe-et-Moselle d'alors, mais aussi l'Etat, l'agglomération de Nancy et la Région Lorraine).
Dans sa conception du moment, le bâtiment n'est pas chauffé, et le musée n'est pas prévu pour fonctionner en hiver.

Pour permettre à l'association de fonctionner, un budget de près de 230.000 euros est alloué chaque année par le conseil général d'alors. La somme passe quasiment intégralement dans des coûts salariaux, probablement inadaptés par rapport au volume d'activité de l'établissement. 
Celui ci peine en effet à accueillir plus de 8000 visiteurs par an.

Après le changement de majorité en 1998, et l'élection de Michel Dinet à la tête du Département, il est vite décidé de mettre fin à l'aventure, sans trop chercher s'il y a moyen de fonctionner de façon plus économique...ou de trouver des idées pour accueillir les visiteurs.
Fermer, cela veut dire devoir déménager tous les  avions... Et c'est une ressource d'1 million d'euros qui sera alors allouée pour entériner la fin de l'aventure, à la plus grande déception des porteurs du projet...mais à la plus grande joie d'un autre musée, à Albert, dans la Somme, très heureux pour sa part de pouvoir recevoir une telle dotation.


Après le démantèlement du musée, à grands frais, survient ensuite la tempête de fin décembre 1999... Le bâtiment subit des dégâts qui nuisent à l'étanchéité du bâtiment, ou en cas de forts vents.
Des travaux et la mise en place d'un projet deviennent de plus en plus nécessaires. On parle alors d'une patinoire...qui serait plus que la bienvenue, pour éviter aux nancéiens de devoir se rendre à Epinal, Metz ou Amnéville. Le projet n'aboutira pas.
On parle aussi d'un complexe multi sports... 
Ces projets, évalués à plus de 10 millions d'euros ne verront jamais le jour.
Pendant ce temps là, les années passent... Le bâtiment, à la charge du conseil général (qui dispose d'une convention d'occupation du terrain jusqu'à fin 2015), coûte quand même encore 25.000 euros par an de frais de fonctionnement...pour ne servir à rien.
Rien d'autre que l'hébergement de squatters...



Après avoir dépensé 25.000 de charges pendant 16 ans (soit 400.000 euros) et utilisé l'usage de la convention d'occupation quasiment jusqu'à son terme (celle ci se termine fin 2015), la collectivité qui s'appelle désormais conseil départemental a décidé d'arrêter les frais...
Moyennant quand même une facture supplémentaire de 19.000 euros !
Le bâtiment de 7500 m2 n'existera alors plus...et le Grand Nancy pourra alors disposer d'un terrain de 36.000 m2, comme s'il ne s'était rien passé.
Pour les anciens fondateurs du musée, il y a un certain mal être face à cet épilogue qui illustre bien un "nombre important d'erreurs commises dans cette histoire"...

Voyez le reportage de notre équipe, et les réactions de l'ancien président des Ailes Lorraines...
 

durée de la vidéo: 02 min 10
Démolition du musée de l'aéronautique


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
musée culture économie