• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Meurtre de Laura à Rambervillers : “une jalousie maladive comme ressort du passage à l'acte”

Etienne Manteaux, procureur de la république d'Epinal, lundi 28 août 2017. / © David Bailly. France 3 lorraine
Etienne Manteaux, procureur de la république d'Epinal, lundi 28 août 2017. / © David Bailly. France 3 lorraine

Le procureur de la République d'Epinal a tenu une conférence de presse, lundi 28 août 2017 pour révéler les circonstances de la mort de Laura, 18 ans, par son concubin, samedi soir à Rambervillers. Selon le procureur "c'est bien un meurtre, pas un accident". Le meurtrier a été incarcéré.

Par Jean-Christophe Dupuis-Remond

Bien connu des services de police, le meurtrier présumé de Laur, 18 ans, avait déjà été condamné pour des faits de violence et d'extorsion et il lui était interdit de détenir des armes. Il est également considéré comme un homme jaloux.

C'est ce qu'a indiqué Etienne Manteaux, le procureur de la république d'Epinal, lundi 28 août 2017, à l'occasion d'une conférence de presse.

Le concubin et meurtrier présumé de Laura est poursuivi pour "homicide volontaire aggravé par sa situation de concubinage".
Il risque la réclusion criminelle à perpétuité.

Il a été incarcéré.

Le film des événements

C'est avec deux armes, deux fusils, que l'homme, âgé de vingt-huit ans, s'est rendu samedi après-midi dans l'appartement du 28 rue Clémenceau à Rambervillers, chez une connaissance.

Pendant plusieurs heures, ces deux hommes ont effectué des tirs dans l'appartement "pour s'amuser", tout en consommant de l'alcool.
Le compagnon de Laura, lui, fume de plus du cannabis.

Vers 19h, ils se trouvent dans le jardin de l'appartement, au bord de la Mortagne.
Le locataire est en train de pêcher.
C'est là que le drame intervient, dans son dos.
Rambervillers : "c'est bien un meurtre"
Etienne Manteaux, procureur de la république d'Epinal, explique les circonstances de la mort de Laura, 18 ans, samedi 26 août 2017 à Rambervillers (vosges). - France 3 Lorraine - David Bailly et Eric Bertrand

Pour le procureur, il ne s'agit pas d'un accident mais bien d'un meurtre. L'ami est également mis en cause pour "modification d'une scène de crime" car c'est lui qui aurait jeté l'arme dans la rivière.

L'autopsie de la jeune fille permettra d'en savoir plus. elle sera pratiquée mercredi.

A lire aussi

Sur le même sujet

Restauration intérieure de la Villa Majorelle à Nancy

Les + Lus