Bure : ouverture du procès des opposants au projet d’enfouissement des déchets nucléaires

Publié le Mis à jour le
Écrit par Inès Pons-Teixeira
Bure. Meuse
Bure. Meuse © Eric Molodtzoff/ France3 Lorraine

Après plus de trois ans d’instruction, le procès très attendu des opposants au projet de centre d'enfouissement des déchets nucléaires de Bure se tiendra du mardi 1er au jeudi 3 juin à Bar-le-Duc (Meuse).

Après bientôt quatre années de procédure, sept opposants au projet de centre d'enfouissement des déchets nucléaires de Bure comparaissent devant le tribunal correctionnel de Bar-le-Duc, du 1er au 3 juin 2021, pour “association de malfaiteurs”. Ce procès très attendu est l’aboutissement de plus de trois années d’investigation. Durant cette période, des moyens techniques et humains impressionnants ont été déployés par les enquêteurs.

Sept personnes jugées pour “association de malfaiteurs” 

Quatre femmes et trois hommes, opposants au projet d’installation par l’Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) du centre d’enfouissement de déchets nucléaires Cigéo, comparaissent à compter de ce mardi 1er juin pour “association de malfaiteurs”. Ces personnes sont poursuivies pour avoir participé, entre autres, à une manifestation non déclarée en 2017, qui avait débouché sur des affrontements avec les forces de l’ordre. Reste maintenant à déterminer s’il y a suffisamment d’éléments à charge dans le dossier.

Un contre-procès et une déambulation organisés par les anti-Cigéo

Face aux moyens d’enquête conséquents déployés par le parquet, les opposants dénoncent un “procès politique” une volonté de l’État de mettre un terme définitif à la lutte anti-nucléaire. En marge de l’événement, le mouvement d’opposition au projet Cigéo organise plusieurs manifestations. À travers un “procès-miroir”, les militants anti-nucléaire vont essayer d’organiser le procès de l’Andra. Une déambulation, autorisée par la Préfecture de police de la Meuse, est également prévue à Bar-Le-Duc ce mardi 1er juin. 

La lutte anti-nucléaire pourrait être ravivée par la tenue de ce procès. Dans une tribune parue dans le quotidien Libération le 12 mai 2021, plus de 200 personnalités demandent la relaxe des sept prévenus ainsi que l'abandon du projet Cigéo. Parmi les signataires, on note Jean-Luc Mélenchon, la députée européenne Michèle Rivasi ou encore l’écrivain Alain Damasio.

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.