Bure : contre le projet d'enfouissement nucléaire, quelques zadistes occupent des arbres dans le bois Lejuc

Evacuation de la ZAD du bois Lejuc (Meuse), jeudi 22 février 2018. / © Jean-Philippe Tranvouez. France 3 Lorraine
Evacuation de la ZAD du bois Lejuc (Meuse), jeudi 22 février 2018. / © Jean-Philippe Tranvouez. France 3 Lorraine

Pour protester contre le projet d'enfouissement profond de déchets nucléaires, une trentaine de personnes a tenter de réinvestir, jeudi 18 juillet, le bois Lejuc à Bure (Meuse) d'où les zadistes anti-Cigeo avaient été évacués en février 2018. 2 manifestants ont été interpellés. 

Par Jean-Christophe Dupuis-Rémond avec AFP

Selon un communiqué diffusé par les opposants au projet Cigeo d'enfouissement profond de déchets nucléaires à Bure, à quelques kilomètres de la frontière administrative entre Meuse et Haute-Marne, le bois Lejuc, voisin du site, a été de nouveau investi ce jeudi 18 juillet 2019 en début d'après-midi. Délogés par les gendarmes mobiles, la majorité des zadistes a quitté le bois à l'exception de quelques-uns d'entre-eux qui sont restés dans les arbres.

Tentative de reprise du bois

Occupé par des zadistes, du 15 août 2016 au 22 février 2018, le bois Lejuc est situé en bordure du village de Bure.

Une dizaine d'individus habillés en noir, cagoulés, casqués, armés de projectiles, de cocktails Molotov et de billes d'acier ont (lancé) des projectiles sur les gendarmes
-  Jean-Michel Radenac, directeur de cabinet de la préfecture de la Meuse

"Ces militaires qui surveillent de façon permanente le site n'ont pas répliqué", a précisé M. Radenac, interrogé par nos confrères de l'Agence France Presse (AFP). "Cette dizaine d'opposants a été rejointe par entre 20 et 30 personnes, avant que le groupe ainsi formé ne pénètre dans le bois Lejuc où ils ont mis en place quelques barricades qu'ils enflamment." Aucun blessé n'est à déplorer selon le représentant de l'Etat en Meuse.

Le compte Twitter des zadistes a confirmé l'information.

Quelques arbres occupés

A 19h15, la préfecture de la Meuse a transmis un point de situation:
"Jeudi 18 juillet 2019, à 14h une patrouille de l’Escadron de Gendarmerie mobile sectorisé à Bure a été violemment prise à partie par une quinzaine d’individus casqués et cagoulés. Les gendarmes ont subi des tirs de projectiles (billes d’acier et des cocktails molotov). Les individus de l’ordre de 20 à 30 se sont alors introduits dans le bois Lejuc, dans lequel certaines barricades ont été enflammées afin de ralentir la progression des forces de l’ordre, avec un fort risque de propagation des incendies. A 17h, des opposants, venant de Bure, ont été empêchés de rejoindre le Bois Lejuc. Deux de ces manifestants ont été interpellés. A cette heure (19h15, NDLR), les manifestants se sont dispersés après avoir abattus des arbres pour ralentir la progression. Ils sont poursuivis par les unités de la Gendarmerie aux abords du Bois Lejuc."

Deux arrêtés publiés

En réaction à l'appel des opposants à converger vers Bure, Mandres-en-Barrois et le bois Lejuc pour l'occuper, Cédric Verline, le sous-préfet de Commercy a pris deux arrêtés. L'un interdit de façon temporaire le port et le transport de divers matériel. L'autre interdit la circulation des piétons et des véhicules "à proximité de la zone du bois Lejuc". 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus