Dimanche 29 mai 2016, accompagnés de 4.000 jeunes français et allemands, le Président de la République François Hollande et la Chancelière Allemande Angela Merkel commémorent ensemble le centième anniversaire de la Bataille de Verdun.

Effroyable boucherie longue de 300 jours, Verdun est aussi l’emblème de la réconciliation franco-allemande, un incroyable acte de courage des dirigeants allemands et français de l’immédiat après-guerre qui a permis de lancer le mouvement pacifique de la construction européenne.

C'est la raison pour laquelle la commémoration du 29 mai est placée sous le signe de la mémoire et de l’histoire, mais aussi sous le signe de la jeunesse et de l’amitié franco-allemande et de l’idéal européen, celui des peuples rassemblés qui ne veulent plus jamais voir la guerre déchirer notre continent. 

France 3 Lorraine vous propose de suivre le centenaire de la Bataille de Verdun en découvrant les quatre lieux et quatre temps de cette journée d'hommages

Quatre lieux de commémoration, symboliques de la Bataille

Consenvoye, Verdun, le mémorial et l'ossuaire, pour la journée du 29 mai 2016, chacun de ces quatre lieux est un symbole.

 

Cimetière militaire allemand de Consenvoye : l'hommage aux combattants allemands

Situé au bord de la route D964, à vingt kilomètres au Nord-Ouest de Verdun, ce cimetière comprend 8.609 tombes individuelles marquées d'une croix noire, 2.537 tombes collectives et accueille les sépultures de 11.148 Allemands, 1 Russe et 62 Austro-hongrois.

Après le portillon d’entrée en fer forgé, un sas ou vestibule, dont les murs et le sol ont été réalisés en grès rose des Vosges, délimite spatialement le cimetière qui le surplombe. En face du portillon, est fixée dans le mur en grès une plaque en fonte de forme allongée qui comporte cette inscription « Auf diesem Soldatendfriedhof ruhen 11 148 deutsche Soldaten / 1914-1918 / Dans ce cimetière militaire reposent 11 148 soldats allemands ».

La Chancelière et le Président de la République y débuteront cette journée de commémoration. Ils déposeront une gerbe devant l’ossuaire du cimetière allemand, accompagnés par des enfants allemands et français. A l’issue de cette séquence mémorielle, les hymnes nationaux seront joués par une musique de la Bundeswehr, puis le maire de Consenvoye remettra aux Chefs d’Etat le fac-similé du document signé par le Président Mitterrand et le Chancelier Kohl en 1984.

Cimetière militaire allemand de Consenvoye : l'hommage aux combattants

 

Verdun : l'hommage à la ville et première visite d'un Chancelier Allemand

Les deux chefs d'Etat se rendront ensuite à l’Hôtel de Ville de Verdun où ils seront accueillis par Samuel Hazard, le maire de la ville.

Tous trois s’exprimeront brièvement dans le Salon d’honneur de l’Hôtel de Ville en présence des élus locaux. C’est la première fois de l’histoire des deux pays qu’un chef de gouvernement allemand se rend à Verdun.

Le Maire de Verdun présentera ensuite aux deux Chefs d’Etat les 28 décorations remises à la ville de Verdun après 1916 et leur proposera de signer le livre de la Paix.

A l’occasion du cinquantenaire de la bataille de Verdun, le Général de Gaulle s’était rendu à l’Hôtel de ville de Verdun où le député-maire, André Beauguitte, lui a fait part de la création du Livre de la Paix. Le général est le premier à le signer en y inscrivant sur la première page : « Pour Verdun qui a tant mérité d’être, pour toujours le symbole d’une paix féconde ».

Verdun : l'hommage à la ville et première visite d'un Chancelier Allemand

A l’issue de la visite du musée de Guerre, la Chancelière et le Président se rendront ensemble devant le Monument aux enfants de Verdun morts pour la France, en passant par le quai de la République, accompagnés par des enfants des écoles primaires de Verdun.

Après avoir déposé une gerbe en hommage aux 518 Verdunois morts pendant la Grande Guerre et salué le public présent, les deux chefs d’Etat seront accompagnés par des enfants pour un lâcher de ballon sur le pont Chaussée. Avant de poursuivre, via la rue Chaussée jusqu'au Monument de la Victoire où un soldat en pierre surmonte la devise des combattants de Verdun héritée de l'éditorial de Georges Clémenceau dans L'Homme Enchaîné : "On ne passe pas" !

Les deux chef d'Etat déjeuneront ensuite à la sous-préfecture.
 

Mémorial de Verdun : souvenir des anciens combattants désormais tous disparus

Le Mémorial de Verdun est un lieu majeur d’histoire et de mémoire. Il a la particularité de proposer une vision franco-allemande de la bataille de Verdun. L’inauguration officielle du nouveau Mémorial se déroulera symboliquement 100 ans après la bataille de Verdun. Le geste inaugural sera effectué par le Président de la République et la Chancelière allemande, en présence des représentants des institutions européennes.

Mémorial de Verdun : souvenir des anciens combattants désormais tous disparus


Après ce geste inaugural, le Président et la Chancelière visiteront les trois étages du musée, accompagnés par Thierry Hubscher, le directeur et plusieurs invités européens dont l'Allemand Martin Schulz, président du parlement et le président Luxembourgeois de la Commission Jean-Claude Juncker.

Mémorial de Verdun : Hommes et matériels

Puis les visiteurs iront à la rencontre de la famille de Maurice Genevoix dans le "Hall Genevoix" du Mémorial avant de signer le Livre d'Or.

Ossuaire de Douaumont : cérémonie officielle

Aucun autre lieu de mémoire que la nécropole nationale de Douaumont et son ossuaire n’incarne autant la tragédie des 300 jours d'enfer de la Bataille de Verdun.
Et l’amitié franco-allemande.


Ce lieu hautement symbolique a donc été choisi pour la cérémonie commémorative du centenaire de la bataille. Elle a été conçue et imaginée par le cinéaste allemand Volker Schlöndorff et se déroulera avec 3.400 jeunes français et allemands.

Ossuaire de Douaumont : cérémonie officielle

Après les Honneurs militaires et le passage en revue des troupes, François Hollande et Angela Merkel assisteront à la cérémonie à laquelle participent 3.400 jeunes collégiens français et allemands (une classe par académie pour les Français, une classe par Land par les Allemands, ainsi que des élèves lorrains.)

Une charge héroïque

C’est la Marche héroïque de Saint-Saëns, interprétée par l’orchestre de la garde Républicaine, qui accompagnera le mouvement des adolescents franco-allemands : ils surgiront des bois pour déferler dans les allées de tombes, comme dans un dialogue entre les jeunes soldats d'hier tombés au feu et ceux d'aujourd'hui "soldats de la paix". Comme leurs aînés, ils s'effondreront. Au son profond des tambours du Bronx. Mais cette fois, ils se relèveront et crieront :

"Nous sommes jeunes, Nous restons".


Un message de Paix et d'espoir pour demain

Les deux chefs d'Etat échangeront ensuite quelques mots avec les adolescents avant d'entrer dans l'ossuaire accompagnés par deux enfants de Verdun, au son du glas.
Ils y dévoileront une plaque évoquant pour la première fois la présence des ossements mélangés de 1.300 soldats allemands et français.

Après le ravivage de la flamme, la sonnerie aux morts, la minute de silence et la signature du Livre d'or, le président de la République et la Chancelière d'Allemagne prononceront un discours.

Le final de la 9e symphonie de Beethoven, l'Ode à la joie (l'Hymne européen) clôturera ces commémorations. Il se veut un envoi vers demain de ces jeunes participants, porteurs d'un message d'espoir et de paix.