Neuf corps de soldats retrouvés dans la Meuse près de l’étang de Vaux

Des randonneurs Suisses ont alerté mercredi 30 mars 2016 les gendarmes de la brigade de Verdun de la présence de multiples ossements, à proximité de l’étang de Vaux-devant-Damloup, haut lieu de la bataille de Verdun.

Accompagnés du service des sépultures militaires, de la directrice de l’Office National des Anciens Combattants de la Meuse et du Dr Frémont, médecin légiste à Verdun et passionné d’histoire, les gendarmes se sont rendus sur place pour constater la présence de neuf crânes ainsi que plusieurs fémurs et fragments d’ossements.

"Ils étaient amassés, ensemble, à proximité d’une sape militaire", a confié le médecin à L'Est Républicain. Celui-ci n’exclut donc pas d’être tombé sur des corps se trouvant à l’époque dans une morgue provisoire. A côté, il y avait des bidons et des pioches qui ressemblent à du matériel allemand. Pour le Dr Frémont, tout laisse à penser que ces neuf corps seraient d’outre-Rhin.

Sans plaque d'identité

Toujours selon le médecin légiste, bien que cela soit interdit sur le champ de bataille, les ossements ont été mis là après une fouille des lieux : d'où l'absence de plaque d’immatriculation pour pouvoir identifier les soldats

Ce serait dommageable qu’elles aient été là à un moment donné et que quelqu’un s’en soit emparé, conclut-il. C’est toujours important pour les descendants de combattants, de retrouver les corps. »


Les ossements ont été pris en charge par les services des sépultures militaires. Le Dr Bruno Frémont les soumettra à une analyse approfondie pour qu'ils livrent leurs secrets.