• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Forbach : le dernier hommage de la communauté Manouche à Nicolas “Niki” Lorier

Obsèques de Nicolas "Niki" Lorier en l'église églises St-Rémy à Forbach (Moselle), le 08 février 2019. / © Jean-François Didier. France 3 Lorraine
Obsèques de Nicolas "Niki" Lorier en l'église églises St-Rémy à Forbach (Moselle), le 08 février 2019. / © Jean-François Didier. France 3 Lorraine

Un dernier homage a été rendu, ce vendredi 8 février, en l'église Saint-Rémy de Forbach (Moselle) à Nicolas Lorier dit "Niki".
Décédé à 102 ans, lundi à Ars-Laquenexy, il était un chef respecté de la communauté Manouche, fondateur du comité national d’Entente des Gens du Voyage.

Par Jean-Christophe Dupuis-Remond

Ils ont fait le déplacement de toute l'Europe pour rendre un dernier hommage à celui qui venait de fêter ces 102 ans.
Et l'église St-Rémy de Forbach n'était pas assez grande pour accueillir les centaines de personnes présentes, dont près de 400 ont toutefois pu prendre place dans l'édifice religieux.

Une vie de combats

Décédé à Forbach lundi 4 février 2019, Niki Lorier y était né en janvier 1917. Aîné d'une fratrie de 11 enfants, il avait perdu son père, chef manouche très respecté, assassiné à Dachau. Il était alors entré dans la Résistance où sa maîtrise de l'allemand avait été très utile.
Après guerre, violoniste dans les cafés, il rencontre Yvette dans l'un de ces établissements. Il se marieront à Lille en 1946 et auront quatre enfants.

Niki Lorier s'est battu toute sa vie pour permettre aux communautés de gens du Voyage de vivre leur quotidien avec le minimum d'entraves.
C'est grâce notamment à son action comme fondateur puis président du comité national d’Entente des Gens du Voyage qu'il a pu faire abroger la loi de 1969 imposant la possession d’un livret de circulation.

Il avait choisi de revenir sur la terre de ses origines au crépuscule de sa vie, pour vivre à Forbach, en chef des chefs de la communauté, extrêmement respecté de tous et entourés des siens. Mais toujours vifs, toujours au courant de la marche du Monde. Et particulièrement inquiet de la montée des extrêmismes.

La musique au coeur

Cet ancien résistant fut aussi artiste peintre, forain, luthier et surtout violoniste.
Ami de Stéphane Grappelli, c'est en musique qu'il avait reçu lors de son centenaire en janvier 2017, l'hommage de toute la communauté des gens du Voyage. Avec, en invités d'honneurs, les princes du jazz manouche, que sont Dorado Schmitt et son fils Samson. Deux artistes qui étaient présents cet après-midi à Forbach, pour un dernier hommage musical.

Retour en images sur le centenaire de Niki Lorier :

A lire aussi

Sur le même sujet

Stanislas

Les + Lus

Les + Partagés