Hayange : le maire FN d'Hayange et ses comptes de campagne devant la justice administrative mardi

Les comptes de campagne litigieux de Fabien Engelmann, le maire FN de Hayange, seront examinés mardi 16 décembre 2014 par le tribunal administratif de Strasbourg. C'est une nouvelle étape dans l'affaire qui écorne la crédibilité de l'élu jusqu'au sein de son parti.

M. Engelmann, 35 ans, risque des sanctions pouvant aller théoriquement jusqu'à une peine d'inégibilité.

Un jugement n'est pas attendu mardi, mais les recommandations du rapporteur public, généralement suivies par les juges, seront susceptibles d'en préfigurer la teneur.

Je reste serein" a déclaré M. Engelmann à l'AFP à quelques jours de l'audience, ajoutant qu'il assisterait à l'audience mardi.


Fin octobre la commission nationale des comptes de campagne avait rejeté ses comptes pour les dernières élections municipales et transmis le dossier à la justice administrative.

Selon l'élu frontiste, la commission a tiqué sur l'omission dans ses comptes de campagne de 1.575 euros de frais engagés dans la création et l'impression de tracts électoraux. S'agissant d'une caution remboursable, lui et son équipe pensaient que "seuls les travaux terminés et la livraison effective" autorisaient son mandataire à payer cette somme dans le cadre de ses comptes de campagne dont le total déclaré s'élevait à quelque 12.000 euros, avait-il affirmé fin octobre.

D'après Engelmann, il s'agissait d'une "erreur technique" et non une "fraude" comme l'accuse son ex-première adjointe Marie Da Silva, entrée en dissidence, et contre laquelle il a porté plainte pour diffamation.


Parquet de Thionville

Les comptes de campagne du maire sont en parallèle visés par une enquête préliminaire du parquet de Thionville, ouverte en septembre à la suite d'une plainte de Mme Da Silva pour abus de confiance, abus de bien social et harcèlement.

Soutenu par Marine Le Pen

M. Engelmann n'a de cesse de relativiser ses ennuis judiciaires et de dénoncer un "acharnement" des médias contre lui. Mais les polémiques à répétition à Hayange font aussi grincer des dents dans les instances dirigeantes du FN.

Selon des sources proches du parti, il subit en privé les critiques de certains cadres frontistes, qui s'inquiètent de sa gestion à Hayange.

Evincé du bureau politique du FN, dont il était membre depuis 2011, lors du XVe congrès du parti à Lyon fin novembre, Fabien Engelmann, continue toutefois de bénéficier officiellement du soutien de Marine Le Pen.

Je n'ai absolument rien contre Fabien Engelmann" a déclaré la présidente du FN dans un entretien à la chaîne parlementaire LCP diffusé jeudi. Son départ du bureau politique "n'est pas une décision qui vise à le punir de quoi que ce soit" et ne remet pas en cause son rôle de conseiller politique au dialogue social, a-t-elle ajouté.


Un haut responsable frontiste avait toutefois récemment confié à l'AFP qu'il était "probable" que Fabien Engelmann perde prochainement cette fonction.
"Marine Le Pen a donné la chance à d'autres personnes, peut-être plus disponibles" pour le bureau politique, a commenté l'intéressé, préférant souligner qu'il a été élu au dernier congrès 25e au comité central du parti, sur un total de 120 membres, preuve selon lui que les militants du FN lui "font confiance".