FC Metz : stop ou encore, une décision à prendre sur l'avenir de László Bölöni

Une nouvelle défaite, ce dimanche 18 février 2024, face à Montpellier, plonge un peu plus le FC Metz dans la crise. À défaut d'être menacé, l'entraîneur László Bölöni est de plus en plus visé, notamment par les supporters. L'arrivée d'un nouveau coach, est-ce la solution miracle ?

Depuis la treizième journée de Ligue 1 et une victoire face à Lorient, le FC Metz ne s'est plus imposé en championnat. Problème, cela remonte au 26 novembre 2023. Hormis un encourageant match nul à Marseille, les grenats ont obtenu 1 point sur 27 possibles. En clair, 8 défaites et 1 nul. La dernière, ce dimanche 18 février 2024 à Montpellier avec un revers cuisant, 3 buts à zéro.

"On a un manque d’efficacité ou d’envie, je ne sais pas" a déclaré Alexandre Oukidja, le gardien de but messin au micro de Prime Vidéo à l'issue de la rencontre, "aujourd’hui, il n’y a eu qu’une seule équipe qui a existé, c’est Montpellier. On sent que cette équipe veut réellement se maintenir alors que de notre côté, il nous manque des choses. Mais bon, c’est sur le terrain qu’il faut parler, ce n’est pas après le match. Moi, j’ai l’habitude de ne rien dire et d’essayer de bosser à l’entraînement. Mais les belles paroles, les supporters du FC Metz n’ont plus envie de les entendre. Aujourd’hui, on n’a pas été au rendez-vous, on a raté beaucoup de matchs comme ça. Mais il ne faut rien lâcher parce que sur un dernier match, on peut se maintenir, tout est possible. Il faut rester concentré, car on va jouer Lyon. Mais il va vite falloir avoir des résultats, car ça fait trop longtemps que l’on attend".

Leur frustration n’est pas plus grande que la mienne

László Bölöni, entraîneur du FC Metz

Ces contre-performances à répétition suscitent la colère des supporters, qui réclament des changements significatifs pour remédier à la situation de plus en plus catastrophique. Directement visé, László Bölöni. Pendant que l'entraîneur s'explique au micro de Prime Video après le match de Montpellier, on peut entendre des supporters messins scander bruyamment : "Bölöni démission !". Imperturbable mais fuyant, le technicien leur répond : "Leur frustration n’est pas plus grande que la mienne… "

"C’est quand même incroyable, on est le seul club au monde avec un entraîneur qui fait 1 point sur 27 et qui est toujours en fonction sans même être une seule seconde inquiété… Ça en dit long sur les finances du club" commente cet utilisateur sur Facebook.

En attendant, László Bölöni est sur la sellette. Sans surprise au regard de la situation. "Ça parle d’électrochoc, de changer l’entraîneur… mais pour faire quoi en L1 ?", s'interroge ce spécialiste foot sur X, "se maintenir à l’arrache avec un groupe construit pour un bloc bas et des contre-attaques, soit la recette de notre yo-yo depuis 15 ans ? Ça marche en L2, ça passe plus en L1... Alors, on peut remplacer Bölöni et même faire revenir Antonetti, pour kiffer. Ça pourrait même marcher. Ou re-promouvoir par intérim De Taddeo, ça a déjà marché. Mais le seul truc que le FC Metz n’a pas tenté depuis 15 ans, c’est de promouvoir en interne ou d’aller chercher un jeune entraîneur tourné vers le jeu. Et de lui laisser quelques saisons, quitte à végéter 2-3-4 saisons en L2 ou N1 (de toute façon, on n’a pas les arguments depuis 15 ans pour rester plus de trois saisons consécutives en L1)".

La chasse au successeur ?

"Je ne dis pas que Bölöni porte l'entière responsabilité de ce qui arrive, loin de là. Mais avec Lyon, Nantes et Clermont qui arrivent, pas le choix : il faut créer un choc psychologique en changeant de coach maintenant" s'exclame ce supporter grenat sur les réseaux sociaux. Sur X, c'est une tendance très forte : László Bölöni n'a plus sa place à la tête du FC Metz. "Bölöni ça ne peut plus durer", "Bölöni c’est fini et clairement fini". "Arrêtez le débat sur l'entraîneur !" leur répond cet internaute, "c'est l'effectif qui n'a pas le niveau... Vous mettez Mourinho à la place de Boloni et il ne tirera pas plus de ce groupe. Il y a un responsable principal des résultats catastrophiques de cette équipe : Dreossi (NDLR : le directeur sportif) et ses recrutements totalement ratés... Dreossi on peut et on doit le virer".

Confirmé comme successeur de Frédéric Antonetti en juin 2022, Bölöni avait été chargé de mener l'opération remontée du FC Metz, relégué en Ligue 2 au terme de la saison 2021-2022 où les Grenats avaient terminé 19ᵉ et avant-derniers au classement de Ligue 1. Pari réussi mais dont l'after est beaucoup moins festif.

En cas de départ du technicien roumain, de nombreux entraîneurs sont disponibles sur le marché. Des profils comme Antoine Kombouaré, Jean-Marc Furlan, Philippe Montanier ou encore Pascal Dupraz pourraient faire partie d'une short-list en fonction de l'ambition affichée par le président Bernard Serin : opération sauvetage ou mettre une croix sur la Ligue 1 et se projeter sur un projet à redémarrer. La solution maison serait aussi de faire appel à Grégory Proment. Du côté des supporters, du staff et des joueurs, un même constat : Il y a urgence. Il reste douze journées de championnat. Le mois de mars sera couperet avec la réception de Lyon vendredi et dans la foulée un déplacement à Nantes et la réception de Clermont.

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité