Cet article date de plus de 6 ans

Lorrain dans le couloir de la mort : "l'application de la loi" pour Serge Atlaoui

Le nouveau président indonésien, Joko Widodo, a confirmé mardi 24 février 2015 que toutes les peines capitales prononcées par les tribunaux du pays seraient exécutées. Parmi les condamnés, un messin, Serge Atlaoui qui demande la révision de son procès.
Ces dernières semaines, plusieurs pays étrangers sont intervenus auprès de l'exécutif indonésien pour demander la suspension des exécutions programmées de leurs ressortissants, souvent pour des condamnations liées au trafic de drogue, réels ou supposés.
Parmi les 11 condamnés à mort, un messin, Serge Atlaoui.

Mardi 24 février 2015, le président indonésien, cité par nos confrères du Républicain Lorrain, a dénoncé ce qu'il considère comme des tentatives de pressions de la part de gouvernements étrangers :

La première chose que je dois dire avec fermeté est qu'il ne doit pas y avoir d'interventions concernant la peine de mort parce que l'application de la loi relève de notre droit souverain." Joko Widodo, président indonésien.

L'inquiétude pour Serge Atlaoui


Après le rejet de sa demande de grâce par la présidence indonésienne, le messin de 51 ans tente son va-tout : ses avocats ont déposé le 10 février un recours en révision de son procès devant la Cour suprême de Tangerang. Une action judiciaire toutefois non suspensive...
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société