Metz : la bataille d'une mère de famille contre la Dépakine, médicament anti-epileptique

Romane a été exposée au valproate prescrit à sa mère épileptique pendant sa grossesse. Une étude montre qu'elle risque d’être atteinte de troubles neuro-développementaux. / © Photo : Catherine Réggianni, France 3 Lorraine.
Romane a été exposée au valproate prescrit à sa mère épileptique pendant sa grossesse. Une étude montre qu'elle risque d’être atteinte de troubles neuro-développementaux. / © Photo : Catherine Réggianni, France 3 Lorraine.

En France, on estime qu'environ 25.000 enfants, risquent d'être atteints de troubles mentaux et du comportement, après avoir été exposés au valproate. Il s'agit d'un dérivé de la Dépakine. Le scandale de la Dépakine, médicament accusé de provoquer des malformations

 

Par Yves Quemener

Marylène a pris de la Dépakine, un anti-épileptique, pendant des années. Avant et pendant sa grossesse. Ainsi, sa fille Romane, aujourd'hui âgée de quatorze ans souffre de plusieurs troubles autistiques depuis la naissance.

Pendant douze ans, ses parents sont allés de consultations en consultations,  de spécialistes en spécialistes, à travers toute la France.

Et il y a un an un neuropédiatre a enfin posé un diagnostic. Il met en cause directement  le valproate de sodium
contenu notamment dans l'anti-épileptique Dépakine. Il peut entraîner de graves conséquences. 

Aujourd'hui, j'ai envie de me battre, de garder le côté positif, pour montrer à ma fille Romane que le combat n'est pas perdu. 

 
Accompagnés par une association, dont Marylène est aujourd'hui la représentante en Lorraine, la famille a déposé une plainte.
 

Dans le grand-est une centaine de famille seraient concernées par ce scandale sanitaire.
Un fond d'indemnisation a été créé pour les victimes. 

A lire aussi : "Envoyé spécial". Dépakine : un silence coupable : https://www.youtube.com/watch?v=C0DjKwPx4uA

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Le calendrier 2018-2018 avec les fêtes religieuses

Les + Lus