Metz : mort d'un lycéen de 17 ans après une chute du troisième étage dans le lycée Fabert

Le tragique faits divers s'est produit peu avant 8 heures, mardi 08 juin. Cet élève de terminale était en arrêt cardiaque lorsque les pompiers l'ont pris en charge. Une enquête de police a été ouverte pour déterminer les circonstances précises de ce drame auquel ont assisté plusieurs élèves.

Plan extérieur du Lycée Fabert, Metz (Moselle).
Plan extérieur du Lycée Fabert, Metz (Moselle). © France Télévisions

Une cellule psychologiques a été mise en place mardi 08 juin 2021 au sein du lycée Fabert à Metz, après qu'un élève de terminale, âgé de 17 ans, a fait une chute de trois étages, vers 7h40, dans l'enceinte de l'établissement. Un geste qui pourrait être volontaire, selon les témoins de ce terrible drame. Le jeune homme était en arrêt cardiaque lors de sa prise en charge par les pompiers. Il a été évacué vers le CHR de Metz-Thionville à Mercy.
L'adolescent est décédé.

Une enquête de police a été ouverte pour déterminer les circonstances précises de ce drame. Les cours ont été maintenus. 

Tout comme le rectorat, par la voix de Jean-Marc Huart, la Région Grand Est (en charge des lycéens, NDLR), par la voix de son président Jean Rottner, a fait part de sa profonde émotion et de ses condoléances à la famille du lycéen. Ils ont apporté, dans leur communiqué respectif, de leur soutien aux personnels du lycée, aux professeurs, aux élèves et camarades du jeune étudiant.

Double drame à Metz

Dans le même temps, les pompiers sont également intervenus pour un autre drame à Metz, la défenestration d'une femme de 47 ans, qui s'est jetée de la tour Sainte-Barbe, rue Rochambeau. Là aussi, des enfants ont assisté à ce geste désespéré alors qu'ils se rendaient au collège de l’Arsenal, situé un peu plus loin.

Dans un communiqué, François Grosdidier, le maire de Metz, a fait état de son effroi et de son émotion à la suite de ces deux drames. "Je pense tout d’abord aux familles des victimes, aux collégiens et aux lycéens sous le choc après ces actes désespérés. Je pense également à la grande communauté de l’éducation nationale, à qui j’exprime en mon nom et en celui de la Ville de Metz toute ma compassion et mon soutien."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers éducation société