• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Pâques : la douce tradition des ... crécelles

C'est une tradition en Alsace et en Lorraine, pour Pâques les crécelles sont de sortie. Le but ? Faire le plus de bruit possible pour appeler les fidèles à la messe en remplacement des cloches qui sont parties à Rome. Ouille.

Par Cécile Poure

La crécelle est un instrument de musique. Oui messieurs dames.
Certes rudimentaire et pas très mélodique mais tout de même.

Le principe est très simple mais redoutablement efficace. Un grand rectangle en bois avec une moulinette au milieu.
En tournant cette moulinette, les lames de bois percutent les crans suivants. 

Et les tympans n'ont qu'à être bien accrochés.

Démonstration crécelles

Du Québec à la lèpre en passant par les cloches


Le mot "crécelle" est d'origine incertaine.
Certains le rapprochent du latin « crepicella » ou de « crepitare » qui signifie craquer. On comprend bien pourquoi.
Autre possibilité : du  moyen français "cresselle, cressiner" qui signifie : grincer, crisser.  

Il serait apparu au XIVe siècle.
Dès le XVIIIe siècle, Boileau dit :

Prenons du Jeudi saint la bruyante crécelle.


Grâce au bruit puissant qu'elle émet, elle était aussi utilisée au Québec par les femmes des agriculteurs pour appeler leur mari au champ, avant la mécanisation de l'agriculture.
Pratique et efficace.

On l'utilisait aussi afin d'avertir du passage de personnes infectieuses, atteintes de maladies redoutées au Moyen Âge : la lèpre, la peste.
Là c'est un peu moins appétissant.
Cf Henry de Montherlant

Le bruit de la vérité les épouvante comme la crécelle d'un lépreux. 




Enfin, dans la liturgie catholique, avant Vatican II, maniée dans les rues par les enfants de chœur, elle annonçait les offices durant le Triduum pascal en remplacement des cloches.

Et c'est ce qui nous intéresse aujourd'hui.


Quand les cloches ne sont pas là, les crécelles dansent


L'apôtre Mathieu écrit qu'au moment où Jésus mourut, il se produisit des phénomènes terrifiants.
C'est pour rappeler cet événement que le son des cloches a été remplacé, pendant de nombreuses années, par le bruit des « instruments des ténèbres » (claquoirs, crécelles, martelets...).
Ainsi, aux offices, dès le Jeudi Saint, la crécelle ou le claquoir remplace la sonnette d'autel.

Dans la tradition de l’Eglise catholique, les crécelles font donc partie du mobilier liturgique de la sacristie : elles servaient notamment au moment de l’élévation à la messe du Jeudi Saint.

Elles étaient alors prêtées aux enfants de chœur ou au milieu du XXe siècle, réservées aux communiants qui avaient l'honneur d'agiter les crécelles trois fois dans la journée aux heures habituelles de l'angélus. 

ITW Yvan Hobel, société d'histoire de Kientzheim


Un conte pour enfant


Pour rendre la légende disons un peu plus féérique ( on revient de loin ), on raconte aux enfants que les cloches partent à Rome.

Pour aller chercher leurs œufs, pour déjeuner avec le Pape dit-on en Lorraine mosellane,  pour se faire bénir pour les habitants de la Bresse, pour se confesser assure-t-on dans l'Isère, ou même pour aller y manger de la tomme (fromage) trouve-t-on dans certains contes.
Il en faut pour tous les goûts.

Pour le voyage, les cloches se munissent d'une paire d'ailes, de rubans ou (parfois) sont transportées sur un char. 

On a dit longtemps aux enfants qu'elles revenaient chargées de friandises et, en battant à toute volée, qu'elles les déversaient dans les jardins et les prés, sur les balcons des appartements. 
Si dans tous les pays de culture chrétienne on trouve la tradition des œufs de Pâques, ils ne sont pas apportés aux enfants de la même manière..

Le rôle de la cloche dans le transport des œufs se rencontre essentiellement en France ou en Italie.
Au Tyrol, il s'agit d'une poule, en Suisse, d'un coucou  et dans les pays anglo-saxons un lièvre.

C'est en Allemagne et en Alsace, vers le XVe siècle, qu'on associa pour la première fois le lapin de Pâques avec les œufs de Pâques pour célébrer le printemps.


A Kientzheim, retour au Moyen Age


Une vingtaine d'enfants ont annoncé aujourd'hui les heures de la prière dans la plus pure tradition. 
Une tradition qui ne semble pas s'être mise à la page de la parité.

Car figurez-vous qu'ici encore, seuls les garçons sont autorisés à manier la crécelle.
Les servants de messe n'étant à l'époque, nous l'avons dit, que des garçons ...CQFD.

A Kientzheim, le Moyen Age, comme si vous y étiez.


Les crécelles de Kientzheim





Sur le même sujet

toute l'actu musique

Restauration intérieure de la Villa Majorelle à Nancy

Les + Lus