Cet article date de plus de 4 ans

Procès en appel du routier meusien meurtrier de la RN4 : décision le 30 mars

Condamné en 1ère instance à 7 ans de prison, Damien Champlon, le routier meusien responsable de la mort de 5 personnes le 25 juillet 2014 avait bien consommé de la drogue avant l'accident. Une contre-expertise l'a confirmé. Il risque en appel jusqu'à 14 ans de prison ferme. Décision le 30 mars 2017.
© FTV
Damien Champlon, 37 ans, le chauffeur du camion qui avait percuté une voiture et décimé une famille de 5 personnes le 25 juillet 2014 sur la RN4, avait été condamné à 7 ans de prison en 1ère instance.

Il rique désormais 14 ans de prison ferme. Actuellement emprisonné, il connaîtra la décision de la Cour d'appel jeudi 30 mars 2017.

Contre-expertise positive

Les analyses toxicologiques de l'une des deux prises de sang réalisées lors de l'interpellation, ont démontré que le chauffeur du camion, grièvement blessé dans l'accident, avait consommé de la cocaïne peu de temps auparavant.

En première instance, il avait était condamné à 7 ans de prison. Mais le parquet avait fait appel de la décision, estimant qu'il pouvait y avoir récidive légale, puisque le chauffeur avait déjà été condamné pour usage et conduite sous l'emprise de stupéfiants.

Jugé à Nancy par la cour d'Appel le 6 septembre dernier, et alors que le parquet avait requis cette fois 8 ans de prison, ce meusien de 37 ans devait connaître le 6 octobre 2016, la décision de la cour et sa condamnation.

Mais celle-ci a repoussé sa décision pour permettre l'expertise de la seconde prise de sang à la demande de l'avocat du chauffeur. Une expertise déterminante qui a été versé au dossier et étudié ce jeudi 2 février 2017.

Elle confirme que le chauffeur-routier avait bien consommé de la cocaïne dans une période proche des faits. Mais sans pouvoir préciser si au moment même de l'accident, il était toujours totalement sous l'emprise de la drogue.

10 ans requis

En raison de cet état de récidive, l’avocat général Cédric Laumosne requiert 10 ans de détention, avec une période de sûreté de 5 ans.

Pour Me Michel Martin, avocat à Limoges, l'un des représentants des parties civiles, cette seconde expertise est suffisante pour dire que Damien Champlon était en état de récidive et que sa peine pouvait donc être aggravée. Il souhaite qu'en raison de la dangerosité du chauffeur-routier,

celui-ci soit condamné au maximum légal pour un homicide involontaire avec prise de stupéfiant, soit 14 ans de prison ferme.

Pour l'avocat qui s'appuie sur les dires du psychiatre entendu par la Cour d'appel, "l'homme est plus dangereux encore aujourd'hui car il à la fois dans le déni de la gravité des faits et dans l'incapacité de se prendre en charge."

Les faits

L' accident s'est produit le 25 juillet 2014 à 7 h 55, sur la RN 4 à hauteur de Ménil-la-Horgne (Meuse). Traversant le terre plein central, un camion-benne avait littéralement broyé une Peugeot 307 qui circulait dans l'autre sens.

Le bilan est terrible : 5 morts, deux soeurs et leurs 3 enfants (7, 10 et 13 ans), une même famille du Limousin.

Une victime supplémentaire à déplorer car le père de l'un des trois enfants décédés, fou de douleur, se pend le soir même de l'accident.



Poursuivre votre lecture sur ces sujets