Haut-Rhin : qui était Estelle Luce, cette responsable RH assassinée à Wolfgantzen, victime présumée de Gabriel F.

Estelle Luce a été retrouvée tuée par balles mardi 29 janvier dans son véhicule stationné sur le parking de l’entreprise où elle travaillait, à Wolfgantzen (Haut-Rhin). Elle serait la victime alsacienne de Gabriel F., l’auteur présumé de deux autres meurtres en Ardèche et dans la Drôme.

Les investigations ont duré plusieurs heures sur le parking de l'entreprise Knauf, à Wolfgantzen, après la découverte du corps d'Estelle Luce dans sa voiture.
Les investigations ont duré plusieurs heures sur le parking de l'entreprise Knauf, à Wolfgantzen, après la découverte du corps d'Estelle Luce dans sa voiture. © P. Kerber

Estelle Luce avait 39 ans. Originaire de Seine-Maritime, elle était maman de deux filles âgées de 11 et 14 ans. Mardi 26 janvier, ce sont ses collègues qui l’ont retrouvée dans son véhicule, sur le parking de l’entreprise Knauf à Wolfgantzen. Elle avait été tuée par balles. D’après nos informations, elle aurait été la victime de trois tirs touchants. Des douilles de 9 mm ont été retrouvées sur place.

L’une de nos équipes a pu échanger avec le beau-frère d’Estelle Luce, à Orschwihr (Haut-Rhin), où elle vivait depuis quatre ans avec son compagnon, lui-même père de deux enfants. Il nous a rapporté que sa belle-sœur avait été très marquée par des messages postés sur le réseau social twitter il y a plusieurs années, portant la mention #BalanceTonDRH.

En 2006, Estelle Luce travaille comme chef de projet RH pour le compte du groupe américain Emerson Process Management. Elle est alors chargée d’accompagner le projet de délocalisation de l’activité de la société Francel SA, basée à Gallardon près de Chartres (Eure-et-Loir), vers la Roumanie. Son supérieur hiérarchique d’alors est l’homme qui a été victime de la tentative de meurtre survenue à Wattwiller (Haut-Rhin) quelques heures après la découverte du corps d’Estelle Luce (consultez notre article sur les connexions entre les différentes victimes).

Un message posté sur Twitter, que nous avons retrouvé, relate ce plan social et présente Estelle Luce et son supérieur hiérarchique comme des « DRH mercenaire/killer » (sic). Le beau-frère de la victime nous a précisé que si ces messages avaient choqué Estelle Luce, elle ne s’en était pas sentie menacée pour autant. Il évoque le métier délicat qu'elle exerçait, mais dans lequel elle n’était pas particulièrement mal-aimée.

Marche blanche à Orschwihr

Céline Luce, la sœur d’Estelle, installée en Seine-Maritime, a annoncé sur facebook qu’une marche blanche serait organisée en sa mémoire à Orschwihr (Haut-Rhin).

La date de ce rassemblement de recueillement n’a pas encore été précisée.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers