Qui se cache derrière les bénévoles du JDM ?

Les bénévoles installent la buvette du Michel au JDM durant la matinée. / © Marine Schneider
Les bénévoles installent la buvette du Michel au JDM durant la matinée. / © Marine Schneider

Déjà présents depuis une semaine, les bénévoles s'activent pour monter le Jardin du Michel en temps et en heure. Que font-ils exactement ? Qui sont-ils ? France 3 Lorraine est allé à la rencontre de trois d'entre eux.  

Par Marine Schneider

Trois noms, trois histoires différentes. Les bénévoles au Jardin du Michel ont tous une passion en commun : la musique. Depuis le 25 mai 2017, c'est elle qui les réunis pour préparer ce rendez-vous le plus attendu de Lorraine.
Plus de 320 volontaires se sont lancés dans cette aventure musicale. France 3 Lorraine en a déniché trois d'entre eux pour vous montrer l'envers du décor.  

Mathilde, serveuse au service VIP.

La mission principale de Mathilde au Jardin Du Michel sera d'accueillir les invités dans l'espace VIP et leur proposer des rafraîchissements. En attendant, elle propose son aide à l'organisation du festival : monter les tentes, les barrières, dresser les tables...

Rien ne l'arrête! Dès qu'une tâche est accomplie, elle trouve très vite d'autres bénévoles à dépanner. A 24 ans, cette fan de rock ne raterait pour rien au monde la moindre occasion de rendre service au JDM.

Cela fait déjà dix ans qu'elle s'y rend en tant que festivalière. Surtout quand le festival a lieu dans sa ville natale :

Il faut savoir faire bouger les coins qu'on aime. J'ai passé toute mon adolescence à Toul et quand j'ai su où le JDM se produisait : c'était obligé que je sois bénévole là-bas.

s'exclame-t-elle. 

Mathilde fera le service dans l'espace VIP, réservé aux artistes et invités. / © Marine Schneider
Mathilde fera le service dans l'espace VIP, réservé aux artistes et invités. / © Marine Schneider


Comment est-elle devenue bénévole ?

Pour cette édition, Mathilde a contacté le service communication du JDM, mené par Camille Renard. Elle lui a confié une première mission en Street Marketing, c'est-à-dire la campagne d'affichage du JDM en ville. Un jeu d'enfant pour elle, car elle est diplômée de l'école de commerce de Rouen spécialité communication. Puis au fil des discussions, la jeune touloise s'est positionnée officiellement sur le bénévolat avant et pendant le festival.

Julie, contrôleuse à la billeterie.

Vous ne pourrez pas la manquer ! Julie se trouvera à l'entrée du festival pour attacher les bracelets aux poignets des festivaliers. Tout comme son amie Mathilde, elle assiste d'autres bénévoles avant de débuter sa mission principale. Installer des tentes, réceptionner des livraisons ou encore faire la vaisselle, il y a toujours quelque chose à faire.

Cette carpinienne âgée de 24 ans le sait très bien, ce n'est pas son premier bénévolat au festival. Elle a déjà oeuvré au JDM cinq ans plus tôt, au cours duquel elle a veillé à la propreté du site. 

Même si elle change de poste cette année, travailler au JDM lui convient bien tant qu'elle peut profiter de ses coulisses :

C'est cool d'être bénévole au JDM, même si les premiers jours de travail étaient plus physiques. C'est l'occasion de voir l'envers du décor. On se sent un peu VIP... 

confie-t-elle.

Julie accueillera les festivaliers à l'entrée du site, pour leur remettre leur bracelet. / © Marine Schneider
Julie accueillera les festivaliers à l'entrée du site, pour leur remettre leur bracelet. / © Marine Schneider

Comment est-elle devenue bénévole ?

Julie est passée par Facebook. Elle a contacté le service communication du JDM pour leur proposer son aide. Après avoir échangé avec l'équipe des bénévoles, elle a aussi contribué à la campagne d'affichage du JDM en amont du festival. 


Luc, bénévole à la technique


L'événementiel et Luc c'est devenu une histoire d'amour.  Il pense d'ailleurs se reconvertir dans le milieu du spectacle à l'issue du JDM. 

Docteur en géologie alpine à l'Université de Grenoble-Alpes, ce bayonnais de 27 ans n'a pas trouvé d'emploi à la fin de ses études. Il réfléchit depuis quelques temps à travailler dans un secteur au contact avec les autres. Le Jardin du Michel était l'occasion de confirmer son projet. 

Depuis l'installation du festival à Toul, il n'a pas chômé ! D'abord bénévole en régie, sur le site du camping et pour finir à la technique, Luc apprécie l'esprit d'un projet éphémère et la richesse des actions qu'il peut y mener. 

Ce thésard a fui son bureau de recherche pour s'adonner à des missions collectives où la solidarité entre les bénévoles règne :

Tout le monde fait en sorte que ça se passe bien, les gens sont sympas et on est bien reçu. Même si j'aurais aimé plus de fruits vu la chaleur...


plaisante-t-il. 

Après avoir oeuvré sur le site du camping, Luc aide à monter la Scène du Michel. / © Marine Schneider
Après avoir oeuvré sur le site du camping, Luc aide à monter la Scène du Michel. / © Marine Schneider

Comment est-il devenu bénévole ?

De retour en Lorraine après ses études, il a retrouvé tous ses amis dont l'un d'entre eux, Sébastien, régisseur du JDM. Luc lui a rendu quelques services dans le secteur événementiel et c'est grâce à lui qu'il a pu rejoindre l'équipe de bénévoles au JDM.








A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Les + Lus