REPLAY. Trois raisons de voir "d'Stìmme, voix à suivre", le concours de chant en alsacien

Le concours d'Stìmme - 4e édition - met à l'honneur la chanson en alsacien et en platt et nous fait découvrir de nouveaux talents. De l'intime à la scène, voici trois raisons de plonger dans les coulisses de ce concours au plus près des candidats.

 La 4e édition du concours de chant D'Stìmme, de la sélection des maquettes des participants jusqu'à l'annonce du vainqueur.
La 4e édition du concours de chant D'Stìmme, de la sélection des maquettes des participants jusqu'à l'annonce du vainqueur. © France Télévisions

Découvrez la 4e édition du concours de chant d'Stìmme, de la sélection des maquettes des participants jusqu’à l’annonce du vainqueur. De l'intimité des candidats à la scène des Tantzmatten, voici trois raisons de suivre cette aventure musicale hors normes.

1. Parce qu'on aime tous "The Voice" (ou presque...) 

Pas moins de 37 chansons, des compositions originales ou adaptations, ont été réceptionnées par l’équipe de France Bleu Elsass. Leur interprète ont pour point commun de n’avoir jamais enregistré d’album. Tout comme dans The Voice, un jury de professionnels et un directeur artistique, Matskat, sont réunis pour les présélections. Ici, pas de fauteuils-buzzers mais une réunion dans les locaux de France Bleu où l’on écoute, échange et choisit. S'ensuit une première sélection de dix candidats : "pour retenir dix candidats sur les 37 maquettes, il y  a un certain nombre de critères : le candidat, sa production et le ressenti personnel des jurés" explique Isabelle Schoepfer, directrice de l’Olca. La valorisation de la langue alsacienne fait également partie des critères de choix pour la cette première sélection. Une deuxième sélection se fait avec cinq candidats. Finalement, c'est trois finalistes qui auront la chance de se faire coacher par Matskat et d'être accompagnés par des musiciens talentueux.

Brigitte Crenner, finaliste d'Stìmme : "J’ai absorbé les conseils de Matskat. C’est mon fil conducteur. Pour une chanteuse, c’est important d’avoir quelqu’un qui recentre, qui montre ce qui va bien mais aussi ce qui va moins bien. Cela permet de s’améliorer. J’ai envie de devenir la meilleure version de moi-même."

Matskat : "Je ne suis pas très fan du mot "coach". Pour moi, c’est plus un accompagnement, de la bienveillance et de la technique sur ce que j’ai appris au fil des années. Il y a la justesse de ton par rapport à ce que l'on raconte. Il y a aussi tous ces accents toniques, inhérents à l’alsacien, qu'il faut placer sur des mélodies existantes."

Comme dans The Voice, les candidats sont de vrais passionnés, Cynthia Colombo, une des trois finalistes : "La musique est vraiment essentielle pour moi. Je chante du matin au soir."

2. Pour le show

Le concours de chant d'Stìmme ne se limite pas à la chanson. On y travaille la prononciation, la rythmique, la justesse de la voix, l’interprétation et la présence scénique. La gagnante pourra soit enregistrer un album soit tourner un clip musical. Charlotte Vix, la dernière gagnante du concours raconte : "On a la chance d’être accompagné par les meilleurs musiciens de la région. Pour moi c’est un réel plaisir que de redécouvrir cette ambiance…"

Pour qu'un show télévisé soit réussi, les chansons doivent être travaillées et plaire au public : "Ce qui est intéressant sur cette chanson que j’ai construite, c’est que Matskat m’aide à tout mettre en ordre, pour que musicalement tout s’accorde. Mon objectif c’est que ça soit parfait. Et je crois que si les gens qui sont là aujourd’hui aiment cette chanson, alors elle plaira au public", confie Brigiette Crenner, finaliste.

"L’expérience d’Stìmme, pour moi, c’est sortir de ma zone de confort, surtout le fait de dire tout ça en alsacien. C’est une nouvelle expérience. Je ne me pose pas de question, je prends ce qui vient", explique la finaliste Delphine Untereiner.

3. Pour le suspense

La finale de cette quatrième édition de d’Stìmme est un brin particulière, marquée notamment par l’absence de public en salle. Mais les organisateurs ont tenu à maintenir cette finale au cours de laquelle les trois finalistes ont fait des choix musicaux originaux, offrant ainsi une palette de styles très hétéroclites. Qui des trois super finalistes l'a emporté ?  

Pour revoir la soirée de la 4e édition de d'Stìmme, regardez le replay ci-dessus.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
musique culture