Retour il y a 20 ans, le dernier jour des derniers mineurs de fer français

Il y a 20 ans, la dernière mine de fer français fermait : la mine des Terres Rouges d'Audun-le-Tiche. Au-delà d'être une mine de fer, elle était une vraie mine d'or pour la région. Mais après plus d'un siècle d'existence, elle n'a pas survécu à l'épuisement des réserves et à la concurrence.

Les derniers mineurs de fer français à la mine des Terres Rouges à Audun-le-Tiche, le 30 juillet 1997.
Les derniers mineurs de fer français à la mine des Terres Rouges à Audun-le-Tiche, le 30 juillet 1997. © INA
Nous sommes le 30 juillet 1997. Les mineurs viennent d'effectuer leur dernière remontée du fond de la mine des Terres Rouges. Sur leurs visages, l'émotion est palpable. Certains ne cachent d'ailleurs pas leur amertume. "C'est une page qui se tourne, voilà c'est fini. J'ai rien à dire de plus..." lâche un mineur. "On éprouve de la nostalgie quand même après toutes ces années passées à la mine" renchérit un autre tristement. La mine appartient dorénavant au passé, mais eux n'oublieront rien. 

durée de la vidéo: 00 min 11
Mineur de fer ©INA


La mine, un monde obscur


Un métier difficile à décrire, car plongée dans l'obscurité, la mine est aussi un monde obscur pour l'extérieur. Seuls les mineurs savent ce qui se passe à plus de 200 mètres sous le sol. Ils ont creusé les entrailles de la terre dans la poussière, l'humidité et sous le bruit assourdissant des engins. Des conditions dangereuses qui soudent les hommes entre eux. "On a travaillé pendant des années dans ce milieu-là, avec cette solidarité, avec les risques communs. C'est un milieu tout particulier qu'il est difficile de quitter comme ça." explique un mineur des Terre Rouges. 

durée de la vidéo: 00 min 13
Fermeture mine à Audun-le-Tiche ©INA


Quitter ce lieu à jamais, même les retraités de la mine n'en reviennent pas : "Quand on est habitué à être mineur de père en fils, ça fait quelque chose au coeur, ça fait même de la peine, on arrive pas à y croire." confie l'un d'eux. La plupart des mineurs travaillent sur ce site depuis une vingtaine ou une trentaine d'années. Désormais, c'est le néant. "On ne sait pas vraiment ce qu'on va devenir" s'exclame un mineur dépité. Plusieurs destins se dessinent. Sur les 140 mineurs, 38 iront en retraite anticipée (30 ans de services miniers), une vingtaine seront mutés et le reste des effectifs particpera au démantèlement des installations. 

La lente agonie des mines de fer, les mines d'or de la Lorraine


La mine des Terres Rouges d'Audun-le-Tiche était le dernier bastion des mines de fer en Lorraine. Sur les 56 mines en service en 1960, elle était la seule à subsister. Les autres avaient toutes fermé une à une en trente ans. Au total, 23 000 emplois ont été perdus dans les bassins de Briey, Hayange et Nancy. Une tragédie pour la région, dont la richesse venait principalement des mines.

Au cours des années 1950, les années de prospérité pour les mines de fer, l'exploitation des Terres Rouges produit des millions de tonnes de "minette" (minerais de fer) et embauche plus de 3000 "gueules jaunes", le nom donné aux mineurs de fer. Dix ans plus tard, le déclin des mines de fer commence. Les réserves de "minettes" s'épuisent et la concurrence de minerais exotiques croît. En juillet 1997, lors de la fermeture de la mine, il ne reste plus que 140 "gueules jaunes". 




Poursuivre votre lecture sur ces sujets