Vosges : enlèvement de Mia, trois suspects interpellés, la fillette toujours recherchée

Trois hommes suspectés d'avoir enlevé Mia Montemaggi mardi 12 avril dans les Vosges ont été interpellés en Ile-de-France ce jeudi 15 avril. La petite fille agée de 8 ans est toujours recherchée.

C'est sur la commune de les Poulières, près de saint-Dié-des-Vosges, que la Mia Montemaggi a été enlevée mardi 13 avril, à 11h30.
C'est sur la commune de les Poulières, près de saint-Dié-des-Vosges, que la Mia Montemaggi a été enlevée mardi 13 avril, à 11h30. © Grégroy Boileau - France Télévisions

Trois hommes suspectés d'avoir enlevé Mia Montemaggi mardi 13 avril aux Poulières dans les Vosges ont été interpellés en Ile de France ce jeudi 15 avril a indiqué le procureur de la République d'Epinal, Nicolas Heitz, confirmant une information du Parisien. La petite fille âgée de 8 ans ainsi que sa mère sont en revanche toujours recherchées.

L'alerte enlèvement avait été lancée le 13 avril puis levée au bout de trois heures. La justice s'intéresse particulièrement au profil de la mère qui avait adopté une posture préoccupante devant le juge des enfants avant ces événements.

Enlevée par ruse et sans violence le 13 avril

La petite fille de 8 ans avait été enlevée le mardi 13 avril par trois hommes qui s'étaient fait passer pour des professionnels de la PJJ (protection judiciaire de la jeunesse) : "Deux hommes sonnaient au domicile de la grand-mère [qui avait la garde de l'enfant, NDLR]. Ils se présentaient comme des professionnels de la protection judiciaire de la jeunesse, et plus exactement du service territorial éducatif de milieu ouvert (Stemo), munis de papiers à l'en-tête du ministère de la justice."

"Ils demandaient à pouvoir réaliser une visite inopinée du logement et à conduire l'enfant, à un rendez-vous au sein de ce Stemo. Ces derniers mettaient en confiance cette dame en lui donnant d'ailleurs, le nom d'éducateurs qui existent réellement et expliquaient devoir conduire l'enfant à un rendez-vous dans leurs locaux à midi pour qu'elle y rencontre sa mère. Prise d'une 'mauvaise' intuition, la grand-mère vérifia ensuite auprès du service qui lui indiquait qu'aucun éducateur ne devait se présenter au domicile ce jour-là", a expliqué le procureur de la République à Epinal lors de la conférence de presse du 14 avril.

Une nouvelle conférence de presse du procueur de la République pourrait se tenir ce vendredi matin à Epinal a par ailleurs indiqué par ailleurs l'Agence France Presse.

Tout élement permettant de faire avancer l'enquête doit être communiqué aux forces de l'ordre en composant le 0 800 36 32 68 ou en composant le 17. Les ravisseurs encourent 30 ans de réclusion pour enlèvement de mineur de moins de 15 ans. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société