• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Rembobinons: classes de neige d'hier et d'aujourd'hui

Une classe de neige dans les Vosges dans les années 1970. / © Archives INA France 3 Lorraine
Une classe de neige dans les Vosges dans les années 1970. / © Archives INA France 3 Lorraine

Nous vous proposons ces images d'hier que nos documentalistes ont retrouvé dans les archives conservées par l'Institut National de l'Audiovisuel (INA). 
Découvrons en cette fin mars 2019 ces classes de neiges des années 70, où les apprentissages rythmaient les coups de bâtons dans la poudreuse.

Par Jean-Christophe Dupuis-Remond

"Alors, on met les deux bâtons sur le côté."

J'ai neuf ans et demi, c'est la première fois que je fais du ski. C'est bien.
- Nicole, apprentie skieuse en 1973

En 1973, les caméras de France 3 Lorraine étaient parties en plusieurs occasions dans les Vosges pour rencontrer les participants des classes de neige qu'accueillaient déjà alors, régulièrement, les hébergements du massif.
Ces nombreuses classes de neige concernaient écoliers et collégiens qui avaient tout leur temps pour apprendre à skier. Car à l'époque, il n'était pas rare qu'elles durent jusqu'à 21 jours.

Une aubaine pour ces enfants et ces adolescents, mais également pour leurs parents car financièrement, le coût était bien moindre qu'un séjour d'une semaine au ski aujourd'hui!
Karine, notre documentaliste a d'ailleurs fait le calcul : un séjour de 21 jours coûtait à l'époque 600 francs par enfant. Soit moins de cent euros.

Apprendre la vie en communauté

Alors bien sûr, l'attention en cours n'était pas forcément maximale, comme en témoigne un enseignant à l'époque.
"Oui, ils sont moins studieux", expliquait-il. "Mais je suis pour ces classes de neige car les enfants y trouvent un bénéfice au point de vue du développement physique et plus encore ils apprennent à vivre en communauté."
Rembobinons : les classes de neige

Un apprentissage que les jeunes garçons revivront un peu plus tard, lors de leur service militaire, mais cela c'est une autre histoire.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Vincent Lambert : la cour d'appel de Paris ordonne la reprise des traitements

Les + Lus