• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Guillaume Romero, photographe de 32 ans, aime ce qu'il appelle l'habitable inhabité. Voici ses clichés nocturnes et mis en scène. Surprenants, énigmatiques, intriguants...

Le Blockhaus de Leffrinckoucke

 

"L'habitable inhabité". C'est le nom du projet de Guillaume Romero. Ce photographe originaire du sud de la France, dit adorer les Hauts-de-France où il vit depuis peu. Il y photographie des maisons vides, usines abandonnées, bâtiments en ruines... "L'idée est venue lors de balades et de découverte de la région, explique-t-il. Le thème de l'habitable inhabité est venu en me baladant pour oublier mon passé mais aussi pour découvrir la région."

Pourquoi ce nom ? "Il m'est venu car les ouvrages photographiés ne sont pas forcément habitables ou habités  mais peuvent l''être par l'histoire, le passé, la solitude, la tristesse, la nuit, la mort, la peur d'être seul. Mon parcours de photographe dans ces lieux est comme un refuge dans lequel je me suis enfermé pendant des années", confie-t-il. 


Wavrin

 

Roubaix

 

Les photos de Guillaume Romero sont mises en scène. La lumière, notamment, est articifielle et travaillée spécialement. "En général,  je me déplace à la recherche de lieux et de bâtiments qui sortent de l’ordinaire. J’éclaire avec du matériel que je transporte pied photo et éclairage divers, je choisis les couleur selon les lieux et l’ambiance déjà sur place."

Comment trouve-t-il ces lieux ? "Le hasard de la rencontre en me déplaçant. Il m'est aussi arrivé que l'on me parle de tel ou tel architecures et je suis allé y voir de plus près. J'ai passé des heures sur les routes à faire du repérage et des recherches."

Bray-Dunes

 

Villeneuve d'Ascq

 

Wavrin

 

 

Dunkerque

 

Oye-Plage

 

Lens

 

En savoir plus

Le mail de Guillaume Romero
La page Facebook de Guillaume Romero