Cet article date de plus de 7 ans

CHR Lille : un infirmier se suicide sur son lieu de travail à l'hôpital Salengro

Un infirmier de 29 ans s'est suicidé dans la nuit de lundi à mardi à l'hôpital Salengro du CHR de Lille. Il y a presque un an, dans le même hôpital, une série de suicides avait suscité beaucoup d'émotion. 

L'hôpital Salengro du CHRU de Lille. C'est dans le service réanimation que le drame s'est produit dans la nuit de lundi à mardi.
L'hôpital Salengro du CHRU de Lille. C'est dans le service réanimation que le drame s'est produit dans la nuit de lundi à mardi. © F3
L'infirmier travaillait la nuit dernière au service réanimation polyvalente de l'hôpital Salengro au CHR de Lille.  Selon les syndicats, tout laisse penser à un suicide.  Son corps a été découvert par des collègues peu avant minuit. On ignore les raisons de ce geste. La direction du CHR a confirmé le décès, refusant pour le moment de déterminer s'il s'agit ou non d'un suicide. Une enquête est ouverte.

Il s'agit d'un homme de 29 ans, qui travaillait depuis quelques mois dans ce service. La direction n'a pour le moment pas eu connaissance de difficultés particulières dans la vie professionnelle ou privée de l'agent hospitalier.Un soutien psychologique a été proposé aujourd'hui aux agents de ce service.

Série noire en janvier 2012 

En janvier 2012, 3 aide-soignants s'étaient suicidés en 15 jours dans ce même hôpital du CHR de Lille. Suivi d'un autre employé, à l'hôpital gériatrique des  Bateliers à Lille. Ces suicides ne s'étaient pas déroulés sur le lieu de travail. Coïncidence ou signe d'un profond malaise ? Le ministre de la Santé Xavier Bertrand s'était rendu sur place et avait diligenté une enquête de l'IGAS, l'inspection générale des affaires sociales

Les conclusions de l'IGAS

Paul Barincou, directeur du service juridique du CHR de Lille, précise que selon les conclusions du rapport de l'IGAS, confidentielles, "on ne peut pas mettre en cause le fonctionnement du CHR et ses conditions de travail dans ces 4 décès". Aucune mesure particulière n'a été mise en place depuis. "Suite aux conclusions des diverses enquêtes, on n'a pas eu le sentiment qu'il fallait mettre en place un dispositif exceptionnel". 

"Un sujet tabou"

Ce que regrettent plusieurs syndicats contactés aujourd'hui, selon lesquels les choses n'ont effectivement pas vraiment évolué au CHR de Lille depuis la série noire de janvier dernier. "Ici le suicide reste un sujet tabou", précise un représentant, "rien de particulier n'a été mis en place, même pas de cellule de veille, alors que les conditions de travail se dégradent toujours plus"
La commission d'enquête du CHSCT examinant l'un de ces suicides de janvier 2012 venait d'être récemment achevée.

Par ailleurs, selon les syndicats, d'autres tentatives de suicide d'agents hospitaliers du CHR de Lille ont été signalées, dont deux cet été.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers