Cet article date de plus de 8 ans

Seafrance : sans surprise, les biens de l'ancien CE transférés à celui de My Ferry Link

Les anciens élus du CE de Seafrance ont voté ce 27 décembre à Paris, pour la dévolution totale des biens du comité d'entreprise à celui de la SCOP.
Le Berlioz, bateau de Seafrance (juin 2006)
Le Berlioz, bateau de Seafrance (juin 2006) © AlfvanBeem

Les ex-CFDT largement majoritaires

Seuls les anciens élus CFDT de Seafrance se sont déplacés à Paris, pour voter le transfert des biens de l'ancien CE de la compagnie maritime. Sans surprise, ils se sont prononcés en faveur d'une dévolution totale de ces biens au comité d'entreprise de My Ferry Link, la SCOP qu'ils ont montée après la liquidation de Seafrance. 

Les anciens élus d'opposition Seafrance aujourd'hui représentés chez LD Lines ou à la SNCF, souhaitaient un partage équitable de ces actifs. Mais la dévolution étant soumise à un vote à la majorité, ils n'ont même pas fait le déplacement pour y prendre part, se sachant battus d'avance.


Plus d'1 million d'euros

Appartements, parts dans des sociétés, outillages, véhicules, mobil-homes entre autres, la valeur de ces biens qui appartenaient au CE de Seafrance dépasserait le million d'euros.

Après la liquidation de Seafrance, 400 salariés ont été embauchés dans la SCOP My Ferry Link, plus de 200 ont été accueillis chez LD Lines, et une centaine d'entre eux travaillent aujourd'hui à la SNCF.


Poursuites judiciaires

Cette dévolution des biens a été réalisée, alors qu'une enquête est toujours en cours, pour éclaircir des zones d'ombre dans la gestion de l'ancien CE de Seafrance​. Le parquet de Lille a ouvert il y a quelques mois une information judiciaire pour "abus de confiance, complicité et recel d'abus de confiance". Les suspicions sont liées aux compte 2009, 2010 et 2011 de l'ancien comité d'entreprise de Seafrance.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports maritimes social