Typhaine : Nicolas Willot songe à faire appel

Nicolas Willot et avocat Maître Emmanuel Riglaire, le 25 janvier 2013 / © Thomas Millot
Nicolas Willot et avocat Maître Emmanuel Riglaire, le 25 janvier 2013 / © Thomas Millot

Le beau-père de la fillette, condamné vendredi à 30 ans de réclusion criminelle (dont 20 ans de sûreté) pour homicide volontaire sur sur la petite Typhaine Taton (5 ans), réfléchit. Nicolas Willot peut interjeter appel de sa condamnation d'ici au lundi 4 février.

Par Thomas Millot

"Libérer sa parole sur Anne-Sophie Faucheur"


L'ex beau-père de Typhaine, qui a avoué les actes pour lesquels il a été condamné, ne supporterait pas d'avoir été puni pour homicide volontaire, lui qui a déclaré à la barre n'avoir "jamais voulu tuer Typhaine".

Selon son avocat Me Emmanuel Riglaire, Nicolas Willot souhaite "libérer sa parole" sur Anne-Sophie Faucheur, et prouver qu'il a essayé de "freiner les violences".

Mais le condamné ne souhaiterait pas, en revanche, infliger aux familles (notamment la famille Taton) un nouveau procès, avec "les douleurs et les souffrances" que cela imposerait.
 

François Taton et ses proches rendent hommage à Typhaine le dernier jour du procès (25 janvier 2013) / © Thomas Millot
François Taton et ses proches rendent hommage à Typhaine le dernier jour du procès (25 janvier 2013) / © Thomas Millot

Un nouveau procès Typhaine ?


Nicolas Willot, ex compagnon d'Anne-Sophie Faucheur et beau-père de la petite Typhaine, a été reconnu coupable vendredi 25 janvier 2013 d'homicide volontaire par la Cour d'Assises du Nord (Douai), et condamné à 30 ans de prison, condamnation assortie d'une peine de sûreté de 20 ans.

Nicolas Willot a écopé de la même peine qu'Anne-Sophie Faucheur (mère de Typhaine), pour les mêmes chefs d'inculpation (homicide volontaire sur mineure de 15 ans, et dénonciation volontaire de crime imaginaire). 

Depuis le quartier d'isolement de la maison d'arrêt de Douai, où il est incarcéré depuis sa mise en examen début décembre 2009, Nicolas Willot réfléchit à faire appel de sa condamnation. Il a dix jours (depuis le vendredi 25 janvier 2013) pour réclamer un nouveau procès.

Nicolas Willot et Anne-Sophie Faucheur, beau-père et mère de Typhaine. / © AFP / MAX PPP / Montage France Nord Pas-de-Calais
Nicolas Willot et Anne-Sophie Faucheur, beau-père et mère de Typhaine. / © AFP / MAX PPP / Montage France Nord Pas-de-Calais

Typhaine Taton, 5 ans, est morte le 10 juin 2009, selon les déclarations des deux condamnés, appuyées par les éléments du dossier. 


Revivez l'intégralité du procès grâce au direct que nous avons réalisé depuis la salle d'audience de  la Cour d'Assises du Nord tout au long de cette semaine (21 au 25 janvier 2013)

Typhaine Taton. / © DR
Typhaine Taton. / © DR

Anne-Sophie Faucheur ne fera pas appel


La mère de Typhaine, également condamnée à 30 années de réclusion criminelle (dont 20 années de sûreté), ne fera pas appel du jugement rendu vendredi 25 janvier 2013 par la Cour d'Assises du Nord. "C'est sûr", nous déclare ce dimanche son avocate Me Blandine Lejeune.

Anne-Sophie Faucheur encourait (comme N. Willot) la réclusion criminelle à perpétuité pour le meurtre de sa fille, Typhaine Taton (5 ans).

Anne-Sophie Faucheur, ce lundi, à la Cour d'Assises du Nord à Douai. / © AFP / PHILIPPE HUGUEN
Anne-Sophie Faucheur, ce lundi, à la Cour d'Assises du Nord à Douai. / © AFP / PHILIPPE HUGUEN






A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus