Carlton : Fabrice Paszkowski, ami de DSK, pense "n'avoir rien fait de répréhensible"

Dans une interview accordée à la Voix du Nord, l'entrepreneur Fabrice Paszkowski se livre sur l'affaire dite du "Carlton" de Lille, dans laquelle il est mis en examen pour proxénétisme aggravé et abus de biens sociaux. Il évoque également ses relations avec l'ancien patron du FMI.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

"Même des policiers nous disaient que c’était légal !"


Le journaliste de la Voix du Nord Eric Dussart a rencontré Fabrice Paszkowski​, qui lui a accordé un long entretien ce samedi 16 mars dans le quotidien.

Chef d'entreprise lensois âgé de 45 ans, il est un proche de Dominique Strauss-Kahn. Et tout comme l'ancien patron du FMI, il est mis en examen dans l'affaire du Carlton, soupçonné d'avoir "organisé" des soirées libertines avec des prostituées. "Nous participions effectivement entre amis à des soirées libertines. Parfois avec Dominique Strauss-Kahn, d’autres fois non" reconnaît Fabrice Paszkowski.

"Je me suis fait accompagner par une escort girl pour ne pas m’y rendre seul ... J’en suis devenu un proxénète car j’ai incité à la prostitution en laissant ma partenaire avoir des relations sexuelles avec autrui" ajoute-t-il. 

Pour lui, ces soirées libertines ne constituaient en rien un délit ou un crime précisant : "Je répète que DSK ne m’a jamais ordonné d’organiser quelque soirée que ce soit… J’ai été invité, j’ai réinvité, je n’y ai vu aucun mal ... Je m’étais même renseigné, auprès d’amis juristes : on m’avait dit que cela ne posait aucun problème. Même des policiers nous disaient que c’était légal !"