Lille : le corps de la fille de 3 ans que sa mère dit avoir jeté dans la Deûle a été retrouvé

Publié le Mis à jour le
Écrit par Emmanuel Magdelaine (avec AFP)

Le corps sans vie de la fillette qui était recherchée à Lille depuis jeudi soir a été retrouvé vers 10h30 ce samedi par un éclusier. Sa mère, une Fourmisienne de 32 ans, disait depuis hier vendredi, avoir jeté sa fille dans la Deûle. 

Le corps de la fillette a été retrouvé vers 10h30 par un éclusier à l'écluse du Grand Carré entre Lille et Lambersart. Le corps a été retrouvé dans un sac plastique.



Depuis jeudi soir, les forces de police et de gendarmerie étaient à la recherche d'une femme de 32 ans, originaire de Fourmies et dont la disparition inquiétante avait été signalée le 13 août. Hier, vendredi, la femme a été retrouvée. Elle a été interpellée. Elle a immédiatement affirmé qu 'elle avait jeté sa fille dans la Deûle. Depuis, les recherches se concentraient sur des périmètres indiqués par la jeune femme. Elle aurait affirmé avoir jeté sa fille dans la Deûle il y a 3 jours. 



Une autopsie de l'enfant devait avoir lieu ce samedi dans l'après-midi, pour déterminer si "l'enfant a été jeté vivant dans l'eau ou tué préalablement", a expliqué M. Marconville, procureur adjoint de la République de Lille



La femme a été hospitalisée

Sa garde à vue, "incompatible avec sa santé mentale" a été "levée très vite" et la femme a été hospitalisée, a expliqué le parquet. "Elle a simplement déclaré qu'elle venait au bord du canal depuis plusieurs jours, parce qu'il y a plusieurs jours, elle a jeté son enfant dans la Deûle". Il faudra donc attendre pour mieux comprendre ce drame. Pourquoi cette femme est-elle venue de Fourmies pour tuer sa fille ? Pourquoi est-elle restée dans les environs après avoir jeter le sa plastique dans la Deûle ? 









Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité