• DÉCOUVERTE
  • MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • économie
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Valenciennes épinglé dans un reportage de France 2 sur le transfert de Carlos Sanchez

Carlos Sanchez interviewé par le journaliste de "Cash Investigation" sur son "vrai faux départ" au Chili. / © France Télévisions
Carlos Sanchez interviewé par le journaliste de "Cash Investigation" sur son "vrai faux départ" au Chili. / © France Télévisions

L'émission "Cash Investigation" diffusée mercredi soir sur France 2 accuse Valenciennes d'avoir organisé le départ de Carlos Sanchez dans le club chilien de Talca puis son retour sous forme de prêt pour contourner le fisc et alléger ses charges sociales. 

Par Yann Fossurier

C'est une émission qui devrait agiter le microcosme du football français. Mercredi soir sur France 2, "Cash Investigation", magazine d'enquête économique présenté par Elise Lucet, s'est penché sur les drôles de pratiques du "foot business". Au cours de son reportage, le journaliste Martin Boudot s'est intéressé au club de Valenciennes et au "vrai faux départ" de Carlos Sanchez en août 2012. Arrivé en fin de contrat avec le VAFC, le joueur colombien avait rejoint la modeste équipe chilienne des Rangers de Talca avant de revenir immédiatement dans le Nord sous forme de prêt. 

80% de réduction de salaire


Pour "Cash Investigation", il s'agit ni plus ni moins d'un "montage de défiscalisation". Martin Boudot a pu obtenir une copie des différents contrats signés pour effectuer cette opération (la copie figure dans ce lien). La convention de prêt a été signée le 21 août 2012 à Valenciennes par Carlos Sanchez, alors qu'il était censé à l'époque être au Chili. "Sanchez a consenti un bel effort financier" ironise le reportage. Selon le journaliste, avant son "départ" de Valenciennes, le milieu de terrain percevait une rémunération brute de 75 000 euros mensuels. Mais quand Sanchez "revient" à Valenciennes sous forme de prêt, il ne perçoit plus que 14 700 euros bruts. "Soit 80% de réduction de salaire". Etrange...

Martin Boudot est allé à Valenciennes interviewer le joueur en personne. Il lui a montré des photos du stade et de l'équipe des Rangers de Talca... qu'il a été incapable de reconnaître. Et pour cause, "Sanchez n'aurait jamais mis les pieds aux Rangers" affirme le reportage.

Extrait de Cash Investigation (France 2)


Liste noire


"Cash Investigation" rappelle que les Rangers de Talca figurent sur une "liste noire" dressée par le fisc argentin. Une liste de 10 clubs accusés de servir de "paradis fiscaux" aux clubs européens pour les "aider à faire de la fraude fiscale". On y trouve 7 clubs uruguayens (Atletica Sud America, Atletico Fenix, Atletico Progreso, Atletico Bella Vista, Atletico Cerro, Rampla Junior et Boston River), un club suisse (Locarno) et deux clubs chiliens : l'Union San Felipe et le Club Social de Deportes Ranger... le nom officiel des Rangers de Talca. 

Martin Boudot explique, documents à l'appui, que le VAFC a versé une indemnité de 400 000 euros aux Rangers de Talca pour obtenir le prêt de son ancien joueur, dont une partie a été reversée à Carlos Sanchez sous forme de salaire. Ainsi Valenciennes n'avait plus qu'à prendre en charge et déclarer une petite partie du salaire du joueur. D'après les calculs effectués par l'équipe de "Cash Investigation", Valenciennes aurait économisé avec ce stratagème 41% de charges sociales soit 456 000 euros.

La FFF n'y voit rien à redire


Lors de son tournage à Valenciennes, le journaliste a pu rencontrer le président du VAFC, Jean-Raymond Legrand, qui pensait visiblement répondre à des questions pour l'émission... Stade 2. "On est resté en contact tout le temps avec Carlos", a-t-il d'abord répondu. "Carlos savait très bien  qu’on était pas très bien. Et Carlos a voulu aussi faire des choses bien pour Valenciennes. Il oublie pas d’où il vient Carlos, que c’est Valenciennes qui l’a fait sortir. Donc oui, on a repris contact avant la fin du mercato." Puis Jean-Raymond Legrand s'est braqué lorsque le journaliste a évoqué la rémunération de Sanchez et sorti devant ses yeux la copie du contrat de prêt. "Ce sont des documents très confidentiels, donc on va s’arrêter là…", s'est-il agacé. "Vous n’avez pas à l’avoir. Si la Ligue vous l’a donné, je pars appeler la Ligue. Il y a des documents confidentiels que personne n’a au club, que personne ne peut avoir… je peux tout vous dire sur mon club mais vous êtes en train de faire une enquête sur un de mes joeurs , vous la ferez en dehors de moi… vous avez des documents que vous n’avez pas à avoir, donc quelqu’un à la Ligue a pas fait ce qu’il fallait. A moi, en tant qu’administrateur de la Ligue, à la prochaine réunion, j’interpellerai mon président  ». Et de conclure : "Je n’ai rien organisé, je suis un club sain, serein, il n’y a pas de problème pour moi".

Martin Boudot est donc allé au siège de la Fédération Française de Football pour y rencontrer la personne chargée de valider les transferts internationaux. Anecdote croustillante, cette personne avait un maillot de Carlos Sanchez accroché au dossier de son fauteuil de bureau. Un cadeau envoyé par le VAFC pour le remercier "d'avoir validé le transfert dans le logiciel". La FFF n'a d'ailleurs rien trouvé à redire sur ce "vrai faux-départ" du joueur colombien... cet été, Carlos Sanchez a définitivement quitté Valenciennes en s'engageant pour 3 ans avec le club espagnol d'Elche, promu cette saison en Primera Liga. Un championnat d'un autre standing que la première division chilienne...

L'émission, diffusée en deuxième partie de soirée sur France 2, a en tout cas fait beaucoup réagir sur Twitter, notamment dans le milieu du foot. Vous pouvez la revoir en intégralité en cliquant sur ce lien.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

La Séquence du filmeur

Les + Lus