Etes-vous attaché au P'tit quinquin ?

La statue du P'tit Quinquin à Lille / © Velvet
La statue du P'tit Quinquin à Lille / © Velvet

Bon anniversaire ! Le P'tit Quinquin fête aujourd'hui ses  160 ans. Officiellement, c'est le 12 novembre 1853 que la chanson a été chantée pour la première fois.

Par France 3 Nord Pas-de-Calais web

Le P'tit Quinquin, d'Alexandre Desrousseaux, est une "canchon dormoire", une berceuse, écrite en patois. Elle met en scène une mère et son enfant, un petit garçon qui ne veut pas s'endormir. Derrière la tendresse des paroles se dévoile une peinture de la vie quotidienne des ouvriers au 19è siècle.

Son succès fut immédiat. Le P'tit Quinquin fut même la chanson de marche des soldats nordistes partant pour la guerre franco-prussienne de 1870.
La chanson est aujourd'hui l'hymne officieux des gens du Nord. Un "must" qui figurait dans "Bienvenue chez les ch'tis", interprété par Jenny Clève.


Et vous "Êtes attaché au P'tit quinquin ?"

Pouvez-vous le chanter au-delà du refrain ? Connaissez-vous les couplets ? Parlez-vous patois ? Pensez-vous qu'on pourrait encore écrire une chanson sur une mère célibataire de condition modeste qui peine à nourrir son enfant ?
Ce contenu n'est plus disponible
Nous attendons vos questions, vos remarques et vos votes. Nous en parlons ce soir avec un spécialiste du patois et de la culture nordiste.

Voici en bonus les paroles de la chanson !

Dors, min p'tit quinquin
Min p'tit pouchin
Min gros rojin !
Te m'feras du chagrin
Si te n'dors point j'qu'à d'main."

Ainsi l'aut' jour eun' pauvr' dintellière
In amiclotant sin p'tit garchon
Qui, d'puis tros quarts d'heure, n'faijot que d' braire
Tâchot l'indormir par eun' canchon.
Ell' li dijot : "Min Narcisse
D'main t'aras du pain d'épice,
Du chuc à gogo
Si t'es sache et qu' te fais dodo.

Et si te m'laich' faire eun' bonn' semaine
J'irai dégager tin biau sarrau
Tin patalon d'drap, tin giliet d'laine,
Comme un p'tit milord, te s'ras faraud !
J' t'acat'rai, l'jour d'la ducasse
Un porichinell' cocasse
Un turlututu
Pour juer l'air du Capiau-pointu

Nous irons dins l'cour Jeannette-à-Vaques,
Vir les marionnettes comme te riras
Quind t'intindras dire un doup' pou Jacques !
Par l'porichinelle qui parle magas
Te li mettras dins s'menotte,
Au lieu d'doupe un rond d'carrotte
Il t'dira merci
Pins' comme nous arons du plaisi !

Et si par hazard sin maîte eus'fâche,
Ch'est alors Narciss' que nous rirons
Sans n'avoir invie, j'prindrai m'n'air mache,
J'li dirai sin nom et ses surnoms
J'li dirai des fariboles,
I m'in répondra des drôles
Infin, unchacun
Verra deux spectac' au lieu d'un

Alors serr' tes yeux, dors min bonhomme,
J'vas dire eun'prière à p'tit Jésus,
Pou qu'i vienne ichi, pindint tin somme,
T'faire rêver qu'j'ai les mains plein's d'écus,
Pou qu'i t'apporte eune coquille,
Avec du chirop qui guille
Tout l'long d'tin minton
Te pourlèqu'ras tros heur's du long

L'mos qui vient, d'Saint-Nicolas ch'est l'fête,
Pour sûr au soir i viendra t'trouver
I t'f'ra un sermon et t'laich'ra mette,
In-d'sous du ballot un grand painier
I l'rimplira si t'es sach',
D'sait-quoi qui t'rindront bénache
Sans cha sin baudet
T'invoira un grand martinet

Ni les marionnettes, ni l'pain d'épice,
N'ont produit d'effet ; mais l'martinet
A vite rappajé eul'p'tit Narcisse,
Qui craignot d'vir arriver l'baudet
Il a dit s'canchon-dormoire,
S'mère l'a mis dins s'n'ochennoire
A r'pris sin coussin,
Et répété vingt fos ch'refrain


Sur le même sujet

Les + Lus