Cet article date de plus de 7 ans

Fillette découverte morte à Berck : ce que l'on sait de l'affaire

Depuis mercredi, l'enquête autour de la découverte du corps d'une fille de 12 mois sur la plage de Berck-sur-mer a beaucoup avancé. Sans que l'on sache pour l'instant ce qui s'est passé. Autopsie, images de vidéo-surveillance, appel à témoins, questions : voici ce que l'on sait de cette affaire. 
Mercredi 20 novembre, des pêcheurs découvrent sur la plage de Berck le corps d'un enfant. Il est habillé, les vêtements mouillés. Le corps ensablé, face contre terre, comme s'il avait été rejeté par la mer. L'enfant portait des bottines de marque "Bout'chou", une combinaison noire "Cyrillus", et une couche de marque "Baby care". Il avait des traces de sang sous le nez.


L'enfant est une fille âgée d'environ 12 mois. Sa peau est blanche, ses yeux bleus, ses cheveux chatains ondulés. Elle ne porte pas de traces de coups ou de violences. 

Une poussette de marque "Trottine", en toile grise, est aussi retrouvée à proximité. 

Qui est cette petite fille ? Pourquoi a-t-elle été retrouvée morte ? Dès l'annonce de la découverte de ce corps, une difficile enquête commence. La police recherche d'abord dans le fichier des personnes disparus. Aucune disparition d'enfant n'a été signalée en France ou en Europe ces dernières semaines.

Des témoins se font connaître auprès de la police. Ils affirment avoir vu dans les rues de Berck et même à proximité de la plage, une femme avec une poussette dans laquelle se trouvait une petite fille. La femme aurait demandé à l'un de ces témoins les "horaires de marée". 

L'autopsie pratiquée sur le corps de la petite fille permet d'établir que la fillette était morte d'un oedème pulmonaire, vraisemblablement consécutif à une noyade. Les analyses toxicologiques, pas encore effectuées, devront confirmer ces constatations et peut-être permettre de dater précisément le décès.


Un travail minutieux d'analyse des caméras de vidéo-surveillance a débuté parallèlement à l'autopsie. Les enquêteurs vont alors trouver un élément capital dans les enregistrements des caméras de la gare du Nord. Une femme d'une trentaine d'années avec une poussette. Dans cette poussette, une petite fille... qui porte la même combinaison que celle retrouvée sur la plage de Berck. L'hypothèse selon laquelle cette femme aurait embarqué à la gare du Nord (équipée de centaines de caméras depuis quelques années), destination Rang-du-Fliers – Verton – Berck semble plausible.

Le Parquet de Boulogne-sur-mer et les enquêteurs de la Police Judiciaire de Coquelles décident de diffuser les images prises à la gare du Nord dans les médias pour lancer un appel à témoins avec ce texte : "L'enfant est susceptible d'avoir été vue à Berck le mardi 19 novembre 2013 en compagnie d'une femme à la peau noire, âgée d'une trentaine d'années, s'exprimant en langue française, dont une photographie est jointe. Tout témoin permettant d'identifier l'enfant et son accompagnatrice est prié de joindre la Police Judiciaire au numéro vert suivant :  0 800 35 83 35 pour éventuellement aider l'enquête. "


Un policier précisait ce vendredi que cette femme était le "dernier adulte ayant eu en charge ce bébé dans la journée de mardi et dans la nuit de mardi à mercredi" sans apporter plus de précisions. "L'appel à témoins sert à développer l'enquête, c'est un des moyens de l'enquête. On n'avait rien", a-t-on souligné au parquet.


L'enfant avait la peau blanche. La femme à la poussette, qui porte des lunettes, coiffée d'un petit chignon et vêtue d'un manteau noir, a la peau noire. Pourtant, selon un policier du syndicat Alliance, il s'agirait de la mère de l'enfant.

Suite à l'appel à témoins, plusieurs appels ont été passés au 0 800 35 83 35. La police judiciaire a immédiatement commencé à traiter ces appels. Selon La Voix du Nord, "deux témoins auraient croisé cette femme mardi soir, dans la rue Rothschild à Berck. Elle recherchait un hôtel pour passer la nuit, avec, dans sa poussette, l’enfant, qui pleurnichait légèrement, avant de se faire consoler."  L’un des témoins pourrait être l’hôtelier lui-même. Un autre, un chauffeur de bus.

Des images de vidéo-surveillance de cet hôtel attestent que la femme et la fille y ont passé la nuit de mardi 19 à mercredi 20 novembre. De nombreux autres témoins seraient en cours d'audition. 

Accident ou homicide, les enquêteurs n'écartent ni ne privilégient - officiellement - aucune piste. "On est en train d'essayer d'élucider des faits qu'on ne comprend pas et pour lesquels tout est ouvert", a indiqué le parquet.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
criminalité faits divers