Club "DSK" de Dodo la Saumure : audience en référé le 16 mai à Tournai

Dominique Strauss-Kahn a assigné en référé au vendredi 16 mai devant le tribunal de Tournai (Belgique) Dominique Alderweireld, alias "Dodo la Saumure", qui a baptisé sa nouvelle "maison de plaisir" en Belgique le "DSK", pour "Dodo Sex Klub", a-t-on appris dimanche de sources concordantes.

© MAXPPP
"Dominique Strauss-Kahn m'a assigné en référé. Je viens de recevoir la lettre recommandée", a déclaré M. Alderweireld, précisant qu'une audience se tiendra "le 16 mai à 09H00" et une autre le "21 mai même heure sur le fond au tribunal de Tournai".

Selon l'avocat français de "Dodo la Saumure", Me Sorin Margulis, les avocats de l'ancien patron du Fonds monétaire international demandent "toutes sortes d'interdictions, notamment de faire usage des lettres -DSK- ou -DSKlub- et l'interdiction de se répandre dans la presse".

"M. Strauss-Kahn estime être le propriétaire de cet acronyme. Mais -Dodo la Saumure Klub-, ce sont les mêmes initiales", a avancé Me Margulis.

M. Alderweireld a annoncé qu'il allait changer le nom de son établissement, situé à Blaton, près de la frontière française, en "Dodo Saumure Klub", "dans le but d'apaiser ce différend".

"Mon nom est aussi connu que celui de Dominique Strauss-Kahn, il n'y a que ma réputation qui n'est pas aussi sulfureuse", a ajouté "Dodo la Saumure".
Les avocats de M. Strauss-Kahn avaient annoncé le 30 avril, jour de l'ouverture du "DSK", qu'il saisirait la justice contre l'utilisation de ses initiales, choisies "à dessein" par M. Alderweireld.

"Tant mieux, ça me fait de la pub. Ça m'amuse. On verra si ils (les avocats de Dominique Strauss-Kahn, ndlr) ont gain de cause en Belgique. Ils sont loin d'être sûrs de gagner", avait réagi "Dodo la Saumure".

Renvoyé en correctionnelle aux côtés de 13 autres prévenus, dont DSK, dans l'affaire de proxénétisme dite du Carlton de Lille, "Dodo la Saumure", Français de 64 ans, a toujours nié avoir fourni des prostituées à l'ancien patron du FMI Dominique Strauss-Kahn. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
affaire du carlton de lille faits divers justice