• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

RC Lens : 4 raisons de s'inquiéter si Mammadov rachète Sheffield Wednesday

Hafiz Mammadov va-t-il se détourner de Gervais Martel et du RC Lens ? / © MaxPPP
Hafiz Mammadov va-t-il se détourner de Gervais Martel et du RC Lens ? / © MaxPPP

Hafiz Mammadov, l'actionnaire azerbaïdjanais du RC Lens, pourrait racheter le club anglais de Sheffield Wednesday. Pas vraiment une bonne nouvelle pour les Sang et Or. On vous explique pourquoi.

Par Yann Fossurier

Selon L'Equipe et plusieurs médias britanniques, Hafiz Mammadov, actionnaire principal du RC Lens, serait sur le point de racheter pour 50 millions d'euros le club anglais de Sheffield Wednesday, qui évolue en deuxième division anglaise. L'homme d'affaires azerbaïdjanais ne se désengagerait pas pour autant du RC Lens, d'après le quotidien sportif. Mais ce n'est pas pour autant un bon signe.


1. Le foot anglais est plus attractif

Si des milliardaires du monde entier investissent dans le football anglais, ce n'est pas par hasard. Il s'agit en premier lieu d'un investissement pour l'image, la notoriété. La Premier League est le championnat le plus médiatisé au monde, un argument important pour Mammadov qui souhaite promouvoir à travers le foot une image positive de son pays, l'Azerbaïdjan. Le championnat anglais génère chaque saison plus d'un milliard d'euros de droits TV, une manne redistribuée aux clubs. Cette saison, Cardiff City, dernier du championnat, a ainsi touché 75 millions d'euros, soit 30 millions de plus que ce qu'a gagné le PSG, en France, avec son titre de champion de Ligue 1. Autre avantage en Angleterre : les clubs sont pour la plupart propriétaires de leur stade. C'est le cas de Sheffield Wednesday avec Hillsborough. Un élément appréciable par rapport à la France, quand on voit les soucis rencontrés par le RC Lens pour trouver un terrain d'accueil pendant les travaux de Bollaert.

2. Le foot anglais est très dépensier

Si 20 millions d'euros ont suffi à Hafiz Mammadov pour offrir à Lens une montée en Ligue 1, le challenge s'annonce beaucoup plus relevé en Championship​, la deuxième division anglaise, où évolue Sheffield Wednesday. Le club du Yorkshire a fini seulement 16e l'an dernier, après un début de saison catastrophique. Si l'homme d'affaire azerbaïdjanais a pour ambition de hisser les Owls en Premier League​, il devra impérativement recruter pour acheter des joueurs de qualité. Et ça nécessitera bien plus que 20 millions d'euros, vu les salaires pratiqués outre-Manche. D'autant que beaucoup de clubs de 2e division en Angleterre sont, eux aussi, soutenus par de riches investisseurs étrangers : le Hong-Kongais Carson Yeung Ka Sing à Birmingham City, les Indiens du VH Group à Blackburn, le Malais Vincent Tan à Cardiff City, le Pakistanais Shahid Khan à Fulham, etc... Hafiz Mammadov devra donc sortir le chéquier et aussi grande soit sa fortune, ce sera autant de moyens en moins pour le Racing Club de Lens.

3. La formation lensoise pourrait profiter à Sheffield Wednesday, mais pas l'inverse

Selon L'Equipe, "des liens entre le club anglais et Lens sont à l'étude, notamment sur le terrain de la formation". Autant le dire tout de suite, Sheffield Wednesday n'est pas vraiment réputé pour la qualité de sa formation. Contrairement au RC Lens. Si échange il y a entre les deux rives de la Manche, cela se fera au profit du club anglais. Les Sang et Or pourraient ainsi devenir une sorte de pépinière de talents pour Sheffield Wednesday.


4. Antoine Kombouaré s'agace de l'attitude de Mammadov

Comme une interview diffusée sur le site internet du RC Lens le laissait deviner, Antoine Kombouaré fait pression actuellement sur Mammadov pour obtenir les moyens nécessaires pour bâtir une équipe solide en Ligue 1 la saison prochaine. Selon un article de L'Equipe publié la semaine dernière, il se plaindrait de ne pas pouvoir le joindre et menacerait même de démissionner s'il n'obtient pas gain de cause. Il y a donc fort à parier que cette histoire de rachat de Sheffield Wednesday va beaucoup le contrarier. Le moment de vérité devrait avoir lieu mercredi ou jeudi, lors du passage de Lens devant la DNCG, l'instance de contrôle financier du foot français. L'homme d'affaires azerbaïdjanais devrait être présent à ce rendez-vous. Combien mettra-t-il sur la table ? Lensois.com parle de 15 millions d'euros, dont 10 serviront à rembourser la dette du Racing. Pas de quoi faire des folies au mercato... mais des médias azerbaïdjanais annoncent, eux, une enveloppe recrutement de 40 millions d'euros. Difficile à croire...

A lire aussi

Sur le même sujet

Présentation de Marvin Martin, ex Bleu et nouvelle recrue du FC Chambly

Les + Lus