Cet article date de plus de 7 ans

MyFerryLink : selon Frédéric Cuvillier, la France va "déployer tous les moyens" pour continuer l'exploitation des navires

Le secrétaire d'Etat aux Transports Frédéric Cuvillier a annoncé vendredi que l'Etat allait "déployer tous les moyens" pour permettre à MyFerryLink de "continuer l'exploitation des navires" depuis le port de Douvres, après une interdiction confirmée par l'autorité britannique de la concurrence.
Frédéric Cuvillier en visite sur un navire de MyFerryLink en août 2013.
Frédéric Cuvillier en visite sur un navire de MyFerryLink en août 2013. © MaxPPP
"La compagnie a perdu une bataille mais continue son combat pour le pavillon français. L'Etat est déterminé à déployer tous les moyens pour trouver une solution qui permette de continuer l'exploitation des navires et de préserver les emplois", déclare Frédéric Cuvillier dans un communiqué.

La CMA a prononcé l'interdiction sous 6 mois d'exploiter les navires de la compagnie qui loue ses bateaux à Eurotunnel depuis la Côte d'Opale vers le port de Douvres et ce pendant une période pouvant aller jusqu'à 10 ans. "Ce jugement revient à condamner l'entreprise et ses 533 emplois en France et 71 en Grande Bretagne", s'insurge M. Cuvillier. Il estime que "le détroit n'est pas saturé et qu'il y a place pour trois opérateurs parmi lesquels MyFerryLink".
durée de la vidéo: 00 min 29
Cuvillier soutient MyFerryLink
MyFerryLink (ex-SeaFrance) et Eurotunnel ont annoncé vendredi qu'ils feraient appel de la décision finale de la CMA. L'autorité britannique avait déjà interdit en juin 2013 à MyFerryLink d'opérer depuis Douvres avant que cette décision ne soit cassée en décembre par le tribunal d'appel de la concurrence britannique.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transmanche international transports maritimes