Cet article date de plus de 6 ans

Bébé retrouvé dans une poubelle à Rouvroy : ce que l'on sait de ses parents

Une adolescente de 14 ans a été mise en examen jeudi à Béthune pour avoir tenté de tuer son bébé qu'elle avait abandonné à la naissance, le 10 juillet, dans un conteneur à Rouvroy. 


Philippe Peyroux, procureur de la République à Béthune
Philippe Peyroux, procureur de la République à Béthune © France TV
##fr3r_https_disabled##La jeune fille a été mise en examen pour "tentative d'homicide sur mineur de 15 ans" et pourrait être placée dans un établissement d'accueil, en attendant sa comparution devant le tribunal pour enfants statuant en matière criminelle, a indiqué le procureur de la République de Béthune, Philippe Peyroux.

Ce jeudi matin, il avait commencé le point-presse avec cette phrase : "Au terme d'une enquête police scientifique la mère de cette enfant est présentée ce matin à juge d'instruction de Béthune. Elle n'a pas dénié, mais dissimulé à sa famille et son entourage, sa situation". 

Les enquêtes traditionnelles de voisinage ont permis d'identifier le lieu de l'accouchement, un local du cimetière de Rouvroy, puis la jeune femme. Les recoupements ADN ont permis ensuite de vérifier que c'était bien la mère de l'enfant. La jeune femme a reconnu les faits, l'accouchement, et avoir mis l'enfant dans le conteneur à verre. Les analyses d'ADN réalisées grâce à une tache de sang découverte dans les toilettes du cimetière ont permis d'établir avec certitude l'identité de la mère de l'enfant, selon le directeur départemental de la sécurité publique du Pas-de-Calais, Thierry Alonso qui a précisé que l'ADN de la jeune fille avait également été découvert sur le conteneur à verre.

"Dissimulatrice"

"C'est une jeune fille unique, éduquée, entourée par ses parents, bonne élève en classe de 4e. Elle a eu peur mais n'aurait pas paniqué car elle a bien préparé les circonstances de l'accouchement. Nous avons le sentiment d'une jeune fille intelligente, déterminée et un sûrement un peu dissimulatrice. Nous avons le sentiment d'une tentative de préméditation", explique le procureur de la République qui déclare considérer que la famille n'était pas au courant. 

 

A propos de la grossesse, la jeune femme aurait peu grossi. Ayant un certain "embonpoint", selon Jean-Baptiste Fray​, commissaire de Police, chef de la circonscription de Sécurité Publique d'Avion, cela se serait vu d'autant moins. Et sa grossesse n'aurait été repérée ni par la famille, ni par médecin, ni par son entourage scolaire. Elle a tout fait pour prendre le moins de poids possible et la famille est tombée des nues. "Sur ses motivations, nous laisserons parler les psychiatres et les psychologues", a précisé le procureur.

Y-a-t-il eu préméditation ? La jeune femme a dissimulé le bébé plus loin, pas dans la poubelle du cimetière. Elle a choisi un conteneur enterré. Bien caché. Elle a par ailleurs effectué des "recherches sur internet sur la façon d'accoucher ou de couper un cordon ombilical""Je n'exclus pas qu'il y ait eu préméditation, ce serait donc une tentative d'assassinat", a précisé le procureur.

Le père de l'enfant identifié

Quant au père de l'enfant ? Les enquêteurs précisent que c'est une action qui a été plutôt conduite, par la jeune femme, toute seule. Le père aurait néanmoins été identifié et aurait une "différence d'âge" (sans plus de précision) avec la jeune fille, laquelle a évoqué un viol, sans que les enquêteurs ne privilégient cette hypothèse pour le moment. Car des messages SMS ont été échangés à de nombreuses reprises entre eux, pendant la grossesse, sans, qu'a priori, le père ne soit au courant de cette grossesse et sans qu'il ne soit question de différend entre les deux futurs parents. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers