• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Jean-Luc Rivière, l'un des plus anciens détenus de France, en libération conditionnelle

© MaxPPP
© MaxPPP

Après 37 ans de détention, Jean-Luc Rivière vient de bénéficier d'une libération conditionnelle. Il avait été condamné à mort en 1980 par les assises du Pas-de-Calais avant de voir sa peine commuée en réclusion à perpétuité en 1982 après l'abolition de la peine de mort. 

Par @F3nord

L'information a été révélée ce matin par France Bleu Nord. Jean-Luc Rivière qui avait d'abord été condamné à mort en 1980 pour le meurtre d'une femme de 36 ans et de sa fille de 5 ans à Méricourt, près de Lens, bénéficie désormais d'une libération conditionnelle. 

"Ce Réunionnais de 58 ans est décrit comme psychotique et présente des tendances suicidaires. La France a d'ailleurs été rappelée à l'ordre en 2006 par la Cour européenne des droits de l'Homme : Jean Luc Rivière relève danvantage de la psychiatrie que de la détention.", note la site internet de la radio France Bleu Nord. 

Rappel des faits

Février 1978 : le corps d'Irène Sobon est retrouvé au rez-de-chaussée de sa maison. Au premier étage, sa fille de 5 ans est retrouvée morte dans la baignoire.

Très vite Jean-Luc Rivière, 22 ans, passe aux aveux mais désigne Mohamed Chara, 18 ans, comme le meurtrier de la petite fille, lequel avoue également pendant sa garde à vue, "mais dans des conditions qui seront ensuite contestées. On évoque des violences policières. Dès le lendemain, il se rétracte mais sans convaincre".

Condamné à mort, puis à perpétuité comme Jean-Luc Rivière, Mohamed Chara est mort en prison sans avoir obtenu la révision de son procès, malgré les nombreuses preuves de son innocence.

Sur le même sujet

Le saxophoniste Arnold Pol joue Jubel

Les + Lus