Coudekerque-Branche : un an de prison avec sursis pour un prof d'histoire-géo qui avait harcelé une élève

Le collège Boris Vian de Coudekerque-Branche. / © Google Street View
Le collège Boris Vian de Coudekerque-Branche. / © Google Street View

Un professeur d'histoire-géographie du collège Boris Vian de Coudekerque-Branche a été condamné à un an de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Dunkerque, à la suite de la plainte d'une de ses élèves qu'il avait prise comme souffre-douleur.

Par @f3nord

L'enseignant a été condamné à un an de prison avec sursis, avec mise à l’épreuve de 3 ans, révèle ce lundi La Voix du Nord. Il doit également  dédommager son élève à hauteur de 1 500 €.

Les faits remontent à l'année scolaire 2010-2011, durant laquelle l'adolescente, scolarisée au collège Boris Vian de Coudekerque-Branche, a vécu un vrai calvaire : brimades, moquée pour sa poitrine menue, agenouillée aux pieds de l'enseignant, sa photo affichée sur un "mur de la honte"... Les mots écrits par le professeur sur le carnet de liaison avec les parents, en disaient long sur l'état d'esprit de ce dernier : "J’ai pensé à mettre à l’attention de tes parents : Jetez-la à la poubelle, elle ne sert à rien" ou "est-ce qu’on ne pourrait pas lui refiler une maladie pour qu’elle nous fiche la paix ?". La jeune femme, blessée dans son amour proche, a fini par déclencher un zona et une paralysie faciale, provoquée par le stress des cours avec ce professeur, ce qui la conduira à porter plainte.

Selon La Voix du Nord, ce professeur était déjà connu défavorablement des services de l'Education Nationale. Depuis 2000, il était muté d’établissement en établissement, au fil des blâmes et des procédures disciplinaires. Selon ses élèves, il racontait en classe des scènes de films pornographiques qu'il avait vus et s'épenchait sur sa vie sexuelle et ses problèmes de couple, avec un vocabulaire bien scabreux. Pour sa défense, le professeur d'histoire-géo s'est retranché derrière son "humour potache".

A lire aussi

Sur le même sujet

La pêche électrique en question

Les + Lus