Cet article date de plus de 6 ans

Hausse de la taxe foncière : les Lillois vont devoir faire un effort fiscal en 2015

Martine Aubry a présenté jeudi les orientations budgétaires de sa majorité. Dans un contexte de désengagement de l’Etat, la maire va devoir demander un effort fiscal aux Lillois en 2015.
A Lille, la tradition budgétaire veut que l’on ne touche pas à la part de la ville dans les impôts. Mais cette année, la situation se complique depuis le mois de septembre. La mairie explique que l’Etat se désengage de plus en plus, alors c’est aux villes de compléter la facture. "C’est une erreur absolue de cogner ainsi sur les collectivités locales", déclare d’ailleurs Martine Aubry.

En 2015, l’Etat donnera ainsi 6,4 millions d’euros de moins que l’année dernière à la ville, une petite moitié pourrait néanmoins être compensée par d’autres dotations. Entre 2008 et 2014, la baisse des aides de l’Etat avait atteint les 20 millions d’euros.

"Lille est une ville pauvre, avec un revenu fiscal parmi les plus faibles des grandes villes françaises", a rappelé Martine Aubry. Et une ville qui entend conserver un investissement "à un niveau conséquent" (75 millions d’euros en 2015, 60 millions par an pour le reste du mandat). Les Lillois verront donc leur taxe foncière augmenter. Seul un quart des foyers fiscaux seraient concernés. Pour un ménage, la hausse représentera en moyenne 90 euros, soit 7,5 euros par mois.

Martine Aubry espère que cette augmentation, qui tiendrait compte des dotations de l’Etat attendues pour 2016 et 2017, sera la dernière du mandat. La proposition sera débattue lors du conseil municipal du 15 décembre.

Budgets des associations à la baisse

Certaines de 844 associations financées en partie ou en totalité par la mairie de Lille pourraient également se voir réduire leurs subventions. Sur les 29 millions que leur donne la ville, les associations pourraient perdre 2,8%, soit 800 000 euros en 2015.

Les associations qui recevront le moins d’aide sont celles qui, selon Martine Aubry, auraient rassemblé ces dernières années un "trésor de guerre".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
impôts économie martine aubry