• DÉCOUVERTE
  • MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • économie
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Attentat à Charlie Hebdo : le dessinateur montreuillois Babouse aurait du être à la rédaction ce matin

Un dessin de Babouse publié dans Charlie Hebdo. / © Babouse
Un dessin de Babouse publié dans Charlie Hebdo. / © Babouse

Le dessinateur montreuillois de Babouse collabore avec Charlie Hebdo depuis 11 ans. Il aurait du être ce mercredi matin à la rédaction de l'hebdomadaire satirique, mais a été retenu chez lui. Il a perdu quelques uns de ses meilleurs amis dans la tuerie.

Par @f3nord

Ce mercredi matin, Babouse aurait du être en conférence de rédaction avec ses copains de Charlie Hebdo, mais un rendez-vous médical l'a empêché de se rendre à Paris. "Je suis sorti de chez le toubib, je suis rentré chez moi, j'ai bu un café et j'ai regardé mes e-mails, car Charb m'annonçait le mercredi les dessins qui étaient retenus pour le numéro suivant", raconte le dessinateur montreuillois de 42 ans qui se dit "déconfit". "J'ai entendu l'information à la radio et j'ai commencé à sentir mon sang partir dans mes pieds. J'ai allumé les chaînes d'info et depuis mon téléphone n'a pas cessé de sonner...".
Babouse, dessinateur à Charlie Hebdo, témoigne
Collaborateur de Charlie Hebdo depuis 2004, Babouse a perdu de nombreux amis dans la tuerie survenue ce mercredi dans les locaux de l'hebdomadaire. Il était très lié à Charb​, le directeur de la publication, abattu par les hommes armés qui ont fait irruption en pleine conférence de rédaction. Cabu, Tignous, Wolinski et l'économiste Bernard Maris, dit "Oncle Bernard, ont également été tués. "Charb, c'était l'un de mes deux meilleurs potes", nous a-t-il confié. "Cabu nous disait qu'on avait un style de dessin très proche, c'était la famille des yeux globuleux. Mais Charb, c'était l'un des meilleurs dessinateurs de presse, il avait une facilité dans le trait, il savait aller droit au but. Un jour, alors qu'on prenait l'avion ensemble, je l'ai même vu dessiner sur des sacs à vomi. On s'est rencontré à Charlie et il m'a beaucoup poussé. Cabu, c'est à cause de lui que j'ai voulu faire ce métier quand j'avais 8 ans, quand il montrait comment faire des caricatures à la télé, dans RécréA2, avec les stars des années 80. Je n'ai jamais osé lui demander un autographe...Wolinski, je le connaissais moins, mais il avait beaucoup aimé un reportage que j'avais fait pour Charlie sur un club échangiste dans le Pas-de-Calais. Ça lui avait plu.
De gauche à droite : Tignous, Charb, Wolinski et Cabu ont été tués tous les quatre par les hommes armés/ / © MaxPPP
De gauche à droite : Tignous, Charb, Wolinski et Cabu ont été tués tous les quatre par les hommes armés/ / © MaxPPP
Selon Babouse, Charb se savait menacé par les extrémistes fondamentalistes depuis l'affaire des caricatures de Mahomet de 2006. Il était sous protection mais le policier qui assurait sa sécurité a lui aussi été abattu ce mercredi matin dans les locaux de Charlie Hebdo "Ils en avaient après lui", explique-t-il. "Pourtant, je ne connaissais pas plus pro-palestinien que lui. C'était un amoureux de la culture arabe. Il parlait même très bien cette langue et avait lu le Coran. C'est pour ça qu'ils lui en voulaient. Mais on ne pouvait pas imaginer un truc comme ça... ce n'était vraiment pas des méchants types. On a sacrifié une génération. Parmi les meilleurs... Mais ils ne nous ont pas abattus !"

A lire aussi

Sur le même sujet

Le film "Merci patron !" de François Ruffin a dépassé les 300 000 entrées

Les + Lus