Wattrelos : obligé de justifier sa nationalité française à 56 ans

© AFP
© AFP

A cause d'une banale faute d'orthographe sur sa carte d'identité, Jean-Michel Gomez doit mener un combat pour son honneur et sa nationalité française.

Par @F3nord

Vexé, écoeuré, en colère. Jean-Michel Gomez a vraiment du mal à digérer l'imbroglio administratif dont il dit être la victime. Tout commence en mai dernier, il perd sa carte d'identité. Il en reçoit une nouvelle en août mais... Il y a une erreur : Jean-Michel Gomez est né de parents français, en septembre 1958 à Laferrière en Algérie mais il est écrit "Leferrière". Il signale l'erreur et reçoit alors un courrier de l’administration lui demandant de souscrire une déclaration de reconnaissance de la nationalité française.

Or Jean-Michel Gomez est français, né en 1958 dans une Algérie qui était alors française. Il est arrivé en France en 1962. Il ne peut pas être d'une autre nationalité. Pompier (donc fonctionnaire) depuis 36 ans, ce Wattrelosien n'en revient pas de devoir se justifier. Pied noir, il estime que c'est une sorte d'affront qui lui fait l'administration : "Je me considère comme un Charlie, dit-il au micro de RTL. On a tout perdu là-bas. on est arrivés en France, on n'avait rien du tout. On a assez donné. On n'a même pas la reconnaissance par rapport à ça. C'est inadmissible."
Jean-Michel Gomez a saisi le tribunal d’instance pour faire valoir ses droits. En attendant, Jean-Michel Gomez vit sans papier d'identité valable, ce qui complique par exemple son départ à la retraite. S'il perdait la nationalité française, il serait obligé de quitter son emploi puisque la fonction publique est réservé aux citoyens européens. 

 

Sur le même sujet

Les + Lus