Arneke - Bretenières : même combat contre la vitesse sur les routes !

A gauche, le panneau qui vient d'être installé à Bretenières (Côte d'or), à droite celui posé à Arnèke en janvier 2014 / © DR
A gauche, le panneau qui vient d'être installé à Bretenières (Côte d'or), à droite celui posé à Arnèke en janvier 2014 / © DR

Par @f3nord

Ce genre de panneau peut choquer à première vue mais on est bien loin d'un appel au crime. "ll reste encore des enfants à écraser vous pouvez accélérer", voilà ce que les usager de la route principale qui traverse la commune de Bretenières (Côte d'Or) peuvent lire. C'est le maire de la ville, Hervé Bruyère, qui a décidé de marquer les esprits. Le panneau a été installé en octobre 2014, sur décision du conseil municipal.

Dans cette rue, une longue ligne droite, les automobilistes roulent fréquemment à 70-80 km/h selon lui, augmentant les risques d'accident. "La limite est passée de 50 km/h à 30 km/h, sans effet. On a répété de faire attention dans le bulletin municipal, on a implanté des dos d'âne au niveau de l'école, on a instauré des priorités à droite sur les rues adjacentes. Mais rien, ou presque", a expliqué le maire de Bretenières à France Tv Info.

"Nous avons choisi la communication plutôt que l'information", a-t-il justifié. "C'est de l'humour, oui, certains diraient de l'humour noir. D'ailleurs, certains administrés m'ont demandé des explications."


Il y a plus d'un an, la même initiative dans le Nord à Arnèke

Ce panneau affiché sur une petite route de Bourgogne n'est pas une première. En janvier 2014, un couple d'habitants d'Arnèke près d'hazebrouck, affichait lui aussi son ras le bol, après qu'une voiture a percuté ses deux véhicules devant chez lui, route de Bourbourg. La goutte d'eau, après de multiples accidents au même endroit.
A Arnèke, Jean-Pierre et Natacha Vandeputte avait fait grand bruit en janvier 2014 avec leur panneau / © MAXPPP
A Arnèke, Jean-Pierre et Natacha Vandeputte avait fait grand bruit en janvier 2014 avec leur panneau / © MAXPPP

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Raymond Froment lance une souscription pour la réfection de l'horloge du clocher

Les + Lus