Avec Jean-René Lecerf, le Nord va devoir se serrer la ceinture

Jean-René Lecerf veut engager d'importantes économies dans le Nord. / © MaxPPP
Jean-René Lecerf veut engager d'importantes économies dans le Nord. / © MaxPPP

Jean-René Lecerf, futur président UMP du Conseil départemental du Nord, a annoncé d'importantes économies, notamment dans la masse salariale.

Par @f3nord

"Nous sommes au pied du mur, financièrement le département vit très au-dessus de ses moyens". Ainsi s'exprimait Jean-René Lecerf dimanche soir après la victoire de l'UMP et l'UDI dans les départementales du Nord. "Si ça continue comme ça, on sera bientôt sous tutelle préfectorale", a insisté le prochain président de la nouvelle assemblée. En clair, il va falloir que les services départementaux se serrent la ceinture.
Le Nord vire à droite

Baisse de la masse salariale

Première piste pour faire des économies : "baisser la masse salariale du Département de 8%" mais "sans que cela ne soit douloureux" promet Jean-René Lecerf dans une interview à 20 Minutes. Il espère ainsi économiser 45 millions d'euros par an.  "Il ne s'agit pas de diminuer le nombre d'assistantes sociales ou les moyens affectés aux centres de PMI (Protection Maternelle et Infantile), mais il y a une marge", assure-t-il. "Je pense à la communication, où l'on doit quand même pouvoir fonctionner avec moins de 50 agents. Je veux aussi supprimer les présidences de commission, qui font doublon avec les vice-présidents et permettaient d'employer 2 assistants."

Lecerf, les entreprises et le RSA

Un audit financier

Dans ce même entretien, Jean-René Lecerf annonce que la nouvelle majorité départementale fera "réaliser un audit". "ll va falloir éviter les dépenses dans des domaines déjà pris en charge par d'autres collectivités, comme l'aide à l'installation des entreprises, la culture, le sport. Si nous ne pouvons pas faire autrement, il faudra arrêter.

Le financement du Canal Seine-Nord sur lequel le Conseil départemental s'est engagé à hauteur de 200 millions d'euros pourrait également être remis en cause. "Le problème c'est de savoir si notre budget permet de payer. Et quand on regarde le budget 2015, la réponse est non. Nous regarderons cela de près", a expliqué Jean-René Lecerf à 20 Minutes.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus