Cet article date de plus de 5 ans

Surveillance internet : l'hébergeur nordiste OVH, satisfait des garanties, ne menace plus de délocaliser

Le principal hébergeur français de données OVH s'est réjouit jeudi de l'adoption par les parlementaires d'un amendement garantissant la protection de leurs données, et a retiré ses menaces de délocalisation.

Le siège d'OVH à Roubaix.
Le siège d'OVH à Roubaix. © MaxPPP
Parmi les mesures adoptées par l'Assemblée nationale mercredi soir sur la surveillance des données internet dans le cadre du projet de loi sur le renseignement, figure un amendement permettant notamment aux opérateurs de distinguer eux-mêmes "les métadonnées et les contenus". "Nous allons pouvoir garantir à nos clients que leurs données ne seront pas copiées massivement, ou utilisées à des fins commerciales", a commenté auprès de l'AFP
Lauren  Allard, directeur général d'OVH.

"Nous sommes sereins sur le fait que nos clients ne devraient pas nous quitter", a-t-il ajouté en soulignant que 50% d'entre eux étaient étrangers. Avec six autres hébergeurs de données informatiques français (AFHADS, IDS, Ikoula, Gandi, Lomaco et Online), OVH avait affirmé la semaine dernière que le projet de loi sur le renseignement les pousserait à l'exil s'il n'était pas modifié. Ils protestaient en particulier contre la "captation en temps réel des données de connexion" et leur analyse par les services de renseignement au moyen de " "boîtes noires" aux contours flous".

A l'issue d'une concertation menée avec le gouvernement, ces hébergeurs ont obtenu "des engagements concrets à la préservation des données personnelles et au caractère ciblé, limité dans le temps et non systématique de ce dispositif de surveillance", indique un communiqué d'OVH. Ils comptent toutefois rester "extrêmement vigilants dans les 18 mois à venir quant à l'application et l'utilisation de ce nouveau dispositif".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
internet sécurité